Petite promenade N°1 vers Val-Suzon 524

L'aventure et l'évasion

Petite promenade N°1 vers Val-Suzon 524

29 mars 2022 Randonnée 0

Petite promenade N°1 vers Val-Suzon          524

Ne disposant que d’une demi-journée et à la veille d’une bonne grosse spéléo, nous nous contentons d’une petite randonnée légère, limitée à 15 km et ne dénivelant que peu, le tout en terrain facile.
C’est la première fois que nous profitons de la Réserve Naturelle de Val-Suzon, autrement qu’en coup de vent ou pour visiter telle ou telle cavité (dont Chèvreroche), car d’ordinaire, le temps nous manque.

Comme à notre habitude, nous construisons notre itinéraire nous-mêmes, ce qui ne sera pas trop difficile car cette Réserve est déjà pas mal balisée, et la grande forêt savamment quadrillée de laies et routes, autorisant toutes sortes de variantes et autres raccourcis en cas de besoin.
Notre parcours sera établi au départ de l’église de Francheville pour rallier Val-Suzon-Bas.

Un chemin balisé en jaune part donc de ce point, et aboutit à l’aire de pique-nique (symbolique avec  une seule table) bien en-dessous de l’ex-lavoir dont toiture et écoulements ont été restaurés.
300 mètres vers l’Ouest-Sud-Ouest permettent de trouver un large chemin de bois en pleine pente, qui se greffe sur une route forestière carrossable après 200 m. Il est alors préférable de poursuivre la montée durant 350 m pour jonctionner avec un beau sentier à prendre vers l’Ouest.

On le tient durant 1200 m en redescendant presque la moitié de la montée précédente, et on vire à gauche pour frôler la route D 7c.
On poursuit sur 1000 m et à la fourche, on abandonne le balisage en prenant la branche de gauche.
Celle-ci amène en 200 m au départ d’une laie parfaitement rectiligne orientée S-S-E, que l’on va suivre 1400 m pour buter sur une petite route forestière à prendre à gauche, vers l’Est.
Cette longue laie est ponctuée de quelques bornes en pierre, et passe par un secteur abondamment creusé de terriers de Blaireaux…très nombreux et probablement connectés entre eux, créant des refuges à plusieurs issues.
La petite route entreprise ne se garde que 180 m pour en prendre une autre à droite qui débouche en plein champ face à un très bel arbre solitaire.

Elle se mute rapidement en un chemin de terre puis un sentier très confidentiel qui serpente entre deux haies de cornouillers, et, à cette époque, abondamment fleuri.
Cornouillers, primevères, violettes, hellébore, corydales, anémones diverses, hépatiques, scilles,… un camaïeu floral tout à fait charmant !
On passe à côté d’une stèle funéraire en pierre taillée, dédiée à un certain Marcel Bouchard (1906 difficilement décrypté) mais qui n’est donc pas le Recteur d’académie homonyme décédé en 1977.
Ce beau sentier traverse les « Grognots » redevient petite route à l’abord du village et, après 1300 m, débouche sur la D 7.
On la longe en compagnie du Suzon et ses eaux cristallines, durant 850 m avec au passage une petite bâtisse semi-ruinée dont la charpente traditionnelle mérite le coup d’œil.
Un beau chemin balisé en jaune et/ou bleu voire en rouge et visant Francheville, démarre alors à gauche, peu avant une Maison Forestière.
Il passe près d’une source intermittente avec une petite grotte naturelle, sur la droite, (Fontaine au Chat)  puis s’élève doucement jusqu’à traverser un joli défilé entre deux falaises talutées, très agréables et pittoresques durant près d’un kilomètre. C’est la Combe du Prêtre.
Après 3400 mètres depuis la D7, on croise une petite route (qui va vers Curtil) et on poursuit 630 mètres avant de partir vers la gauche sur un bon chemin circulant à niveau, et qui ramène après 700 m à la longue montée initiale en pleine pente.
Il suffit alors de reprendre le cheminement à l’inverse de l’aller pour regagner l’église en 1800 m.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *