Les Baumes du Verneau (via ferrata)

L'aventure et l'évasion

Les Baumes du Verneau (via ferrata)

15 mars 2018 Via ferrata 0
Vie ferrate…aux Baumes du Verneau…
 
Les Baumes du Verneau s’offrent aux randonneurs, aux Vététistes, aux pêcheurs, aux via-ferratistes entre autres…

Il suffit de se rendre au village de Nans sous Sainte-Anne( en gros 150 à 200 habitants), et de se garer sur le vaste parking près de la Mairie et face à une fruitière ( excellents produits de terroir ! ).

Une fois équipés ( si pas d’équipement, le gîte près de l’église en loue ) emprunter le chemin qui rase ce même gîte, et s’acquitter de la modique redevance demandée ( 2,5 € /personne sans aucune limitation de voie d’obstacle ou de durée), soit en glissant l’obole dans un ‘tronc » planté au bord du chemin, soit au gîte lui-même.
ce sentier mène en quelques minutes d’une bonne pente au départ de plusieurs itinéraires…
On peut y distinguer quatre possibilités, de difficultés très progressives, donc adaptées à tout public.

La première partie est un parcours des Baumes pour enfants mais qui convient très bien aussi pour une initiation aux gestes ou une acclimatation au « vide ». Il se développe sur la paroi de gauche, et il convient de le pratiquer dans le sens indiqué en allant chercher le départ au plus haut ( suivre le gros chemin carrossable qui part à gauche donc…) sur une cinquantaine de mètres.
Il est évidemment facile, et se paye le luxe d’une mini-tyrolienne !
Cette mise en jambes et bras est un véritable mini-parcours d’agrès.


Il est assez court, d’une hauteur de vide de 1 à 4 mètres et comprend une poutre, deux ponts de singes et un passage par un arbre entre les deux…et tous les ingrédients d’une grande voie…miniature !

On peut alors envisager le second parcours des Baumes qui n’est guère plus difficile, mais plus aérien, délibérément accessible aux enfants. Il compte notamment une poutre, un pont népalais qui arrive dans un arbre avec un bon palier et retour au sol par un pont de singes. Puis, il y a une sorte de ressaut et on arrive à une échappatoire sur la gauche.

Le troisième parcours des Baumes,  dit « bleu » est ensuite un peu plus physique mais très bien équilibré, avec de superbes passages dans les grandes baumes inférieures, avec une traversée descendante et des passages dans les bois. Il rejoint une partie du parcours « rouge ».

Le quatrième parcours est le « rouge », qui démarre assez fort presque tout de suite.

C’ est un peu plus difficile, à la fois par la raideur des passages, et la longueur du parcours.
Très joli paysage… Après des petites marches en forêt qui entre-coupent l’itinéraire, on doit passer un mur, une vire un peu surplombante et un grand mur un peu plus technique avec surplombs, pour arriver au sommet. De là, le retour au village est possible uniquement par un beau sentier forestier jusqu’au village par derrière l’église, ou bien par ce même sentier unique qui bifurque sur la droite pour rejoindre une nouvelle falaise équipée. Au début une pente très raide que l’on « cisaille », puis du rocher bien vertical, facile, qui amène au pied des deux autres parcours du site.


On peut alors descendre jusqu’au torrent par une joli sentier tortillé , passer un petit pont et retourner au village en longeant le torrent ( second petit pont en bas, lavoir..;église et gîte.
On peut aussi remonter le torrent pour aller voir une superbe cascade à degrés ( s’il y a assez d’eau…) faisant suite à la résurgence du Verneau…bel endroit verdoyant et joliment arrosé par une cascade de type « pleureuse ». Puis redescendre le tout.
Mais, restant au pied des parcours susdits, on peut s’attaquer à de plus gros morceaux…
1)Un parcours classé difficile ( parfois « très difficile », mais c’est vraiment exagéré !) bien qu’assez court, avec un début déclive, une petite poutre, et deux ou trois passages successifs un peu en dévers…pour finir par un petit dévers. Parvenu en haut, on retrouve la falaise équipée du parcours rouge…On peut boucler comme ça plusieurs fois ! cet itinéraire Plus difficile se nomme « le Château ».  


2) Un parcours franchement difficile, ou « très » difficile » se justifie par une succession de 4 dévers beaucoup plus marqués que dans le « château », et un ensemble globalement très vertical. Ne pas s’engager là-dedans sans expérience, ni sans être en forme. de plus, il est sage de disposer d’une corde de 60 mètres qui permettrait des re-descente technique en « moulinette » en cas de blocage, notamment de grosse fatigue ou de stress ingérable. Passage en solo plutôt déconseillé.
Le premier gros surplomb reste en effet très physique…avec des poignées nécessitant des changement de mains et les barreaux sont assez peu nombreux….donc contacts rochers plusieurs fois nécessaires. Cet itinéraire dit « Peurs et tremblements » du fait d’une exposition certaine au grand vide et à de possibles tétanisations musculaires ne doit pas, selon nous, être entrepris sans une longette courte de repos…c’est plus prudent si vous n’êtes pas un athlète ou au moins un ferratiste chevronné.
Cette voie rattrape le sommet de la voie du « Château » et donc la redescente se fait elle aussi par la fin du tracé « rouge » et suivant par le torrent.
Le Lison coule en bas du village…et pousse au déjeuner sur l’herbe, à un bout de baignade fraîche, voire invite à faire une descente en canoë !
L’ensemble de toutes les voies donne déjà un très bon aperçu de ce que peut être la via ferrata…bien que tout reste assez modéré, et qu’il n’y ait que peu ou pas de passages de ponts en tous genres, poutre, passerelles, tyrolienne…de dimensions remarquables.
Belle via ferrata, pour divers niveaux de pratique, dans un cadre très charmant.

En tant que randonneur(euse), la falaise, les bois, les sentiers, les torrent, les cascades et cascatelles, le village lui-même offrent déjà de quoi se faire plaisir !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *