Les cavernes des Bruyères

L'aventure et l'évasion

Les cavernes des Bruyères

14 juillet 2018 Grottes Randonnée Zanimos 0

Les cavernes des Bruyères en Seine-et-Marne

Les cavernes des Bruyères sont un ensemble de trois petites cavités sous-platière en forêt occidentale des Trois Pignons.
Elles sont associées au site du Coquibus ( Un « coquibus » est un sot, un nigaud…voire un peu fou !), très connu pour sa ferme-auberge.
On y accède en se rendant au nord de Milly-la-Forêt, au rond-point dit « de la Grosse Roche », où l’on s’engage sur la D837 vers l’est que l’on suit 450 m pour tourner à gauche (Croisement de la Croix Saint-Antoine) puis tout de suite à gauche et aussitôt à droite sur le Chemin de Milly à Coquibus ( qui est aussi la voie d’un accès au GR11). Après 1200 m on trouve une barrière et un parking.
Continuer à pied sur 700 m et s’engager dans un chemin qui va plein Nord, sur la gauche donc, où l’on marche encore 160 m pour jonctionner avec le GR 11 que l’on suit vers la gauche sur 150 m pour se trouver au sommet de la platière, sur son bord Sud. A cet endroit on continue sur le GR pendant environ 120m, vers l’Ouest où l’on trouve un peu en contrebas un gros arbre porteur de la balise en croix (hors GR). Ce n’est plus loin…
A partir de cet arbre, un peu en contrebas de la platière, dans le haut du chaos, se déplacer que quelques décamètres et chercher des orifices au sol, donnant sur des conduits sub-verticaux. On en trouve trois donc, distants entre eux d’une dizaine de mètres, parmi des massifs de bruyères.

Ils donnent chacun accès à des petites cavernes indépendantes, toutes formées par des sapements  du sable plus ou moins suivis de fractures de décollement du grès.
Leur développement est de l’ordre de 20 à 50 m.
Les entrées sont peu visibles, étroites et végétalisées, à dominante verticale, et livrent accès à des chambres basses plus ou moins prolongées de petites ramifications.

 

Leur faible fréquentation est propice à l’installation d’animaux cavernicoles, classiquement l’araignée Meta menardi, avec ses cocons en petits ballons blancs suspendus, les papillons Aglais io et des diptères en colonies.

 

Cavités présentant de beaux exemples de décollements dans le banc de grès.
Progression nécessitant de ramper, la plupart du temps.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *