Une Via cordata au Puits Bouillant 175

L'aventure et l'évasion

Une Via cordata au Puits Bouillant 175

6 décembre 2018 Spéléologie Via ferrata 0

Via cordata au Puits Bouillant

Une via cordata au Puits Bouillant de Saint-Aubin-Château-Neuf, ça peut surprendre ! Derrière ce titre un peu accrocheur, on trouve en fait une technique d’équipement particulièrement intéressante pour une visite en groupe et ou par des novices ou presque, ou encore par des personnes dont la forme physique est limitée.
« Via cordata » désigne le plus généralement un itinéraire plus ou moins vertigineux et exposé au risque de chute, facilité et assuré par une ligne de vie en corde fixée à une succession d’amarrages. Elle est un équivalent « léger » et discret de la via ferrata, la corde remplaçant le câble.

Au Puits Bouillant, son installation consiste à partir d’un double amarrage posé sur l’armature supérieure, relié à un point de départ externe par une main courante, à installer une corde de 45 m dotée d’un nœud en huit gansé tous les 3 m, avec un mousqueton posé tous les deux mètres, soit environ 7 barreaux. Il faudra donc 3 mousquetons en tête et une bonne douzaine en enfilade.
Les mousquetons sont enclenchés de sorte à ce que leur doigt soit dirigé vers le bas, de sorte qu’en cas de chute la longe d’assurance ne puisse le frapper, même si statistiquement, ce risque est extrêmement faible.
La corde utilisée doit être dynamique, 9 mm au minimum.
Il est prudent de poser une corde classiquement, en parallèle, sans aucun nœud, pour éventuelle intervention de cadre.
On pourrait être tenté de poser la cordata en tension ou presque et avec des points plus espacés, mais il n’en faut rien faire car en cas de chute, l’énergie se trouverait entièrement concentrée sur le brin de descente, ce qui ferait une chute potentielle de facteur très supérieur à 2 et concentrée sur la seule longe d’assurance.
Le montage doit donc préserver une boucle pendante de 0,5 m et les mousquetons tous les deux mètres environ. De la sorte, le choc est amorti par deux brins et sur 0,5 + 0,5 m de corde dynamique pour 2 m de hauteur de chute soit facteur 2 non dépassé.
Par ailleurs le pratiquants, à la descente, veillent à ne défaire la longe en amont d’un nœud qu’en étant le plus bas possible sous ce nœud et après avoir posé leur longe aval évidemment. Cette précaution réduit de 0,5 m la hauteur de chute.

Via cordata à la remontée…il est conseillé, si les pratiquants en sont dotés, d’enclencher un bloqueur ventral permanent sur la corde simple posée en doublage comme préconisé.
Dans ce sens-là, la longe destinée à être en amont d’un nœud doit être posée dès que possible en arrivant sous ce nœud.

En montant comme en descendant, il faut toujours laisser 2 nœuds sans personne entre eux, entre deux pratiquants, ce qui garantit qu’un corps en chute de viendra pas percuter celui qui est plus bas.

Ce montage permet une progression fluide, sans bousculade ni gêne, évite les longues attentes, favorise la convivialité, limite les « angoisses » des solitaires dans ce puits de 29 mètres et seulement 1 m de diamètre en gros, pousse à une dynamique…

A noter que l’échelle fixe connaît une « rupture » de continuité vers  – 20 mètres avec 3 barreaux manquants…il peut être judicieux de relier des deux tronçons d’échelle par un étrier d’escalade de 2 m ou un bout d’échelle souple…ça aide bien et ça rassure !

La via cordata au Puits Bouillant, un montage intéressant qui a fait ses preuves pour bien des groupes emmenés par SJV, et systématiquement mis en place dès que le nombre de personnescroît et qu’elles ne sont pas vraiment autonomes sur corde…et bien des gens nous en ont remerciés et même ….félicités !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *