Allègement du sac de trek. 111

L'aventure et l'évasion

Allègement du sac de trek. 111

24 mars 2018 Randonnée Trek 0

Allègement du sac à dos de trek

L’allègement du sac à dos concernera tous ceux et celles qui on t déjà eu à porter un sac à dos lors de randonnées de longue durée avec un fort degré d’autonomie.

                              Sac 55 litres 1500 g

Il n’y a pas de comparaison à faire entre un sac à la journée, un sac de randonneur à étapes confortables, et le sac de trekkeur au long cours, surtout si des dénivelées sont nombreuses et importantes.
Ce dernier est en effet confronté à la charge de vivres, dès qu’il va se déplacer dans des contrées où il n’y a pas de ravitaillement en nourriture ni dans la nature, ni dans des villages ni à la faveur de dépôts effectués préalablement, ni en organisant des rendez-vous avec des ravitailleurs exprès.

Sauf si un des objectifs est de perdre du poids, il va falloir en effet une ressource alimentaire susceptible d’apporter 2500 à 3000 Kcalories par jour, en moyenne, voire davantage si fortes dénivellations nombreuses et/ou s’il fait froid.
La première préoccupation sera donc de composer un régime certainement peu diététique, mais riche en aliments très caloriques. De préférence avec un minimum d’emballages, de préférence très légers.
Exemples d’ingrédients performants :  ( forte dominante lipidique évidemment ) qui doivent apporter au minimum 500 Kcal/100 g, l’ensemble alimentaire devant tourner autour de 600 Kcal/100 grammes en moyenne… 

chips broyées dans leur sachet après l’avoir percé d’un petit trou.   500
saucisse sèche ou saucisson sec aux noisettes ou Chorizo gras 540
Noix de Macadamia/ Pécan / du Brésil/ Cajou       680 à 740
Amandes et pâte d’amandes en barre   640
Beurre de cacahuètes : 640
Rillettes de porc grasses     500 
Miettes de thon à l’huile   500 (avec l’huile)
cacahuètes salées, pistaches nues salées   600 à 640
Lait concentré sucré 480
Chocolat au lait aux noisettes, barres énergétiques denses.  570
Croc-Waf   690
Biscuits chocolatés   550
Rocher ferrero   600
Sauf si le trek dure très longtemps,  il n’y a aucun danger à déséquilibrer les menus, à négliger les apports vitaminiques. Le sel est apportés par certains des aliments.

Tous les aliments doivent pouvoir être mangés froids, sans aucune cuisson, ne nécessitant éventuellement que d’être imprégnés d’eau froide (nouilles chinoises, chips…) La masse et le volume du nécessaire à la cuisine sont ainsi éliminés.
Site pour se guider utilement :       http://www.les-calories.com/famille-19-aperitifs.html

Les gourdes sont remplacées par de bonnes bouteilles de boissons gazeuses en « PET », bien moins lourdes, gratuites, incassables, déformables et même réductibles si nécessaire.

Les couverts se réduisent à un canif et une petite cuillère métallique, tous deux percés d’une trou et munis d’une dragonne en cordonnet de nylon. Tout le reste est inutile.
Pour toute gamelle, une boîte de maïs en aluminium est suffisante…on mange le maïs dès le premier repas.
Tout ce qui est contenu au départ dans des étuis en carton doit être reconditionné dans des sachets plastiques de taille adaptée avec des bracelets de caoutchouc pour pouvoir bien refermer une fois entamé. On peut ainsi éliminer pas mal de masse superflue.
Concernant l’habillement, il faut s’astreindre à une garde-robe minimalisée, en rapport avec le climat qu’on s’apprête à connaître évidemment.
Hormis la veste ou le blouson de base, a priori unique, il faut se limiter à deux ensembles en tout et pour tout, complétés par un pyjama léger pour les nuits. Les vêtements sont évidemment choisis en textiles « légers » de préférence pouvant sécher rapidement.
Un ensemble sert en journée, l’autre en soirée. Si l’ensemble de jour est mouillé, et ne peut être séché, il faut repartir avec le lendemain. Un ensemble sec doit être conservé en permanence, celui du soir ou des immobilisations durables à l’abri.
Hormis la paire de chaussures permanente en activité, une paire de sandalettes en plastique est à usage de chaussures de repos et/ou de franchissement de gués, gros ruisseaux…portées sans chaussettes alors. Chercher un modèle peu lourd mais solide.
Si le blouson n’est pas « tous-temps », très résistant à la pluie forte et durable, il faudra emporter en sus un poncho…le choisir capable d’englober le cas à dos, et fortement fermé sur les côtés. Ce genre d’accessoire est délicat d’utilisation par grand vent et sur terrain difficile et/ou boisés encombrés.

Le sac à dos lui-même doit être bien choisi…fuir les modèles bourrés de poches, de sangles et de boucles, le plus souvent superflues, les gadgets, qui alourdissent le tout. On peut gagner au moins 1 kilo en veillant à tout cela. Ne pas tomber non plus dans l’excès inverse…le sac doit rester confortable et solide !

épaisseur 7 cm Nylon 210T + enduction. 500 g

Ensuite il faut faire la chasse à tout ce « qui pourrait servir », car la surcharge va suivre très vite.
Réduire les tailles, les masses. Brosse à dents, dentifrice, savon, peigne, serviette…tout ça peut être minimalisé. Décigrammes après décigrammes, ce sont 1, 2 voire 3 kilos en moins à la fin.
certes il en ressortira une certaine rusticité, mais on s’y fait vite, d’autant que ce n’est pas pour des mois.
Pour le duvet et le matelas, la tente, les conditions climatiques sont évidemment décisives.
Quand le bivouac est a priori possible, s’éviter le poids d’une tente est un gros atout !
Sinon, opter pour les formules allégées, dans le genre « tarp » à 500 ou 600 grammes…ou abri monotoile 500 à 800 g , l’essentiel restant presque toujours de ne se protéger que de la pluie, du vent, parfois des bébêtes désagréables !

Concernant les matelas, SJV privilégie les gonflables légers plutôt que les auto-gonflants.
En moyenne, 6 cm d’épaisseur et 500 grammes…

 

 

  Abri mono-toile ….  Lofoten 1 ULW Nordisk…500 g !

 

A quelle masse totale arrive-t-on ainsi…?

En moyenne ; 

Sac : 1600 g      tarp :  500 g     duvet inter-saisons : 1000 g       matelas : 500 g        ensemble vêtements du soir : 600 g       pyjama/bonnet : 200 g 
Sandales : 400 g  hygiène : 200 g  ( couteau et cuillère dans la poche,  appareil photo sur soi ) carte et papiers : 200 g  pharmacie minimale : 200 g 
Divers : 600 g.

On est à 6000 g…
Si on met 500 g de nourriture par jour, 20 jours donnent 10 kg
Le sac pèsera environ 16 Kg au départ avec le blouson et l’eau en plus si nécessaire.
Ensuite, 500 g de moins par jour…on finit à 8 Kg !

Cet aspect du renoncement à un certain confort, à des habitudes, et à une forme d’angoisse dans la « peur de manquer » font partie intégrante de la philosophie du trekkeur, selon nous. Un certain dénuement et une sûreté de soi, une confiance accrue en l’environnement général renforcent les bénéfices inhérents à cette pratique sportive de pleine nature, pleinement dans la nature ! ( mais pas totalement…)

Lofoten 1 ULW Nordisk…500 g

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *