Equiper la cavité sans mousqueton(s) 266

L'aventure et l'évasion

Equiper la cavité sans mousqueton(s) 266

17 janvier 2020 Spéléologie 0

Equiper la cavité sans mousqueton(s)     266

Voici un article qui fera sans doute jaser dans les chaumières spéléologiques, et tant mieux !
Serait-il possible de se passer de ces fameux mousquetons et autres maillons rapides qui pèsent pas mal et tiennent de la place, voire gênent les progressions quand c’est étroit ou bringuebalent continuellement avec leurs plaquettes…et même coûtent assez cher. Tout cela pouvant se considérer avec sérieux dès lors que leur nombre s’élève.
Mais aussi d’un simple point de vue technique…peut-on (pourrait-on) s’en dispenser si on le décidait ainsi ?

Eh, bien…OUI ! Les adeptes des normes et recommandations qui ressemblent beaucoup à des injonctions, pourraient se demander si SJV n’est pas un repaire de fous dangereux  ou d’idiots invétérés ou de pénibles provocateurs, cette dernière considération restant bien possible !
Ou bien des individus expérimentés, curieux  et réfléchis qui n’hésitent pas à se pencher sur ce qui est posé comme dogme et sur quels fondements à ce point indiscutables.
Penchons-nous donc, pas trop vers le vide et/ou pas sans longe…
1) Si je suis directement sur amarrage naturel, pas de mousqueton utile, noeud de huit tressé en bout de corde ou noeud de chaise en milieu de corde, par exemple.

2) Si je suis sur amarrage naturel nécessitant une sangle ou une Dyneema, idem dans la sangle ou la Dyneema 

3) Si je suis sur amarrage souple  une tête d’alouette sur un noeud gansé.

4) Si je suis sur plaquette, il suffit de les doter auparavant d’un anneau pré-fermé par noeud de pêcheur (50 cm de Dyneema de 5 mm suffisent ) et de fonctionner comme pour un amarrage souple standard…10 grammes, souple et silencieux au lieu de 70 grammes rigides et bruyants. Ou bien enfiler des plaquettes sur la corde, et les sortir une à une  pour former le noeud d’amarrage voulu à l’endroit voulu avant de les visser…même plus de Dyneema.
Une corde à simple dans une plaquette n’empêche pas le mousquetonnage des longes dans son œil.

5) Si je suis sur broche ou équivalent, il suffit de plier la corde de 9 mm, la passer dans l’œil et former un noeud de plein-poing  serré à petite boucle si la traction majeure sera unilatérale ou reportée sur la suivante.
Former une noeud de chaise sur ganse serrée dans les autres cas. Cette dernière configuration a bien sûr l’inconvénient de consommer de la corde, 1,05 m pour un noeud de chaise gansé en pleine corde contre 0,65 pour un noeud de huit gansé pleine corde…soit 40 cm (25 grammes). Notons que le noeud de chaise gansé offre une jolie petite boucle rigide très agréable pour se longer….
Une corde de 9 à double dans une broche laisse encore le passage d’un mousqueton de longe, cependant, sauf modèles anciens plus étroits.


Toujours sur broche il est aussi possible de confectionner deux petits nœuds de plein poing très serrés, un de chaque côté…soit 0,90 m au lieu des 0,65…0,25 en sus ( 15 grammes), avec cette fois deux petites boucles pour se longer !

6) Et bien sûr, quelques brins libres de Dyneema de 50 cm à 1 m peuvent permettre des adaptations dans presque toutes les situations d’amarrage, sans mousqueton aucun, notamment dans le cas 5) et dans celui des lunules.

7) Et pour finir, les manilles textiles ! Peu connues…et qui mériteraient de l’être davantage…mais elles ne sont pas gratuites !
Plus chères que des mousquetons…presque deux fois plus !!! On les cite quand même…Car on peut aussi les confectionner soi-même pour 1 ou 2 euros et quelques minutes :

 

https://www.edelvoilier.org/themes/matelotage/858-realiser-vos-manilles-textiles

 

Au final, on n’aura jamais eu besoin de connecteurs métalliques !
Sur une cavité moyenne à 40 mousquetons par exemple, 2800 grammes de moins, potentiellement.
Si Dyneema systématique, 2400 grammes
Si nœuds systématiques, 2200 grammes.
En termes de coût, 400 euros économisés…au mieux. 
Si Dyneema de raccord ( 8 m dans cet exemple)  375 euros
Si corde en sus : 370 euros.
Si manilles textiles du commerce…on est perdant !!!! (De 200 euros !!!) Si fabriquées soi-même : 320 euros de gain encore !

Tout cela, ajouté au volume gagné dans le sac ou à la ceinture, montre bien qu’il peut valoir la peine et le temps de réfléchir…
Bien évidemment, on peut trouver un inconvénient non négligeable à ce type d’installation qui est que dans le cas de broches notamment, il y a une forme de privatisation des équipements fixes, car il est plus compliqué pour une seconde équipe de poser son équipement dans des amarrages encombrés de cordes à double.


Quant à la sécurité elle n’est absolument pas mise en jeu si on prend  la précaution d’utiliser des plaquettes coudées ou des anneaux (sans Dyneema) ou des vrillées (avec Dyneema) pour éviter les frottements des nœuds sur paroi. 
Il faut s’assurer que les plaquettes sont bien à bords intérieurs doux, ce qui est le cas des modernes. Moins évident pour les plus anciennes.
A priori, rien n’oblige quiconque à économiser 400 euros ni à se priver de la facilité pratique des mousquetons, mais il n’est pas stupide ni inutile de savoir qu’on peut parfaitement s’en dispenser à l’occasion.

Par exemple si, par étourderie on les a oubliés dans les préparatifs, ou si on les a perdus, ou si on se les est fait « piquer », ce qui peut arriver !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *