La RandoDhuis(3) du Réservoir à la Source.

L'aventure et l'évasion

La RandoDhuis(3) du Réservoir à la Source.

25 mai 2018 Randonnée 0

 

La RandoDhuis(3)        Sports jeunes Vacances    novembre 2017     

La RandoDhuis(3) est une étape courte, tout comme la précédente. Elle couvre le tronçon 1113/956.

RandoDhuis(3) démarre peu avant la RD…. Que l’on traverse prudemment…
La borne 1113 n’est pas trouvée. On est dans une partie bétonnée en 2015, travaux souvent peu respectueux de pauvres petites bornes perdues dans les herbes !
A la 112, s’étale un grand panorama vers le Sud.  Le regard 1111 a été détruit et l’accès recouvert  d’une grosse dalle de béton. Mais la borne 1111 est restée tout près de là.                           
                                                                                                                                                                                                                             
Paysage forestier agréable, toutes bornes présentes dont une rareté : la borne 1109 est faite d’un bloc de grès peint…unique spécimen connu sur les 35 derniers kilomètres de l’aqueduc.

Arrivent alors PH1107 et le regard 1106, accompagnés d’un véhicule un peu « grillé »…comme il en tombe un de temps en temps dans cette section de l’aqueduc…sorte de cimetière dédié.

Le regard 1106 se trouve grand ouvert ce jour-là…porte forcée. PH1105 à 1100 sont bien là, plus ou moins dégradés par des actes de malveillance. Tir de chevrotine…par exemple !  PH 1099 et 1098 introuvables…

 

PH 1101 en puzzle étayé, PH1100 saboté, et 1997 très érodé !  Vient alors le regard 1095 « Coluche bleu », le PH 1096 restant absent du terrain.

Pas davantage de PH 1094 mais en revanche deux plaques 600 mm trônent juste avant l’A 104 encore inouvertes…Tandis que l’Aqueduc passe sous l’autoroute, le PRD se faufile grâce à un tunnel en décrivant un crochet.

Puis une plaque 600 apparaît de l’autre côté
les PH 1093 à 1090 restant introuvables.
1089 présent !

Très abîmée…et suivie peu après d’une plaque 800mm qui n’est pas une tête de puits d’absorption, mais bien un accès au conduit.
Pas de PH 1088…

Une petite suite de 3 bornes précède une plaque à 1084,7 plaque 600mm, juste avant la côte gagnant le plateau. De là l’aqueduc fut creusé en cavage, et non en tranchée ouverte.

Après la côte, et l’unique borne 1084 avant le sommet de la butte, le terrain « accueillant » de Placoplâtre borde les deux côtés de la PRD jusqu’au regard de station de pompage désaffectée à 1081, anciennement raccordé aux grands réservoirs et maintenant surplombé du nouveau pont de l’usine plâtrière.


Une étonnante disparition d’une série de 17 bornes ne sera ponctuée que par le regard 1075, puis une plaque 800 mm, une dalle de regard condamné 1070 avant le PH 1066.
Sur tout ce trajet de la RandoDhuis(3), le domaine de Gros-Bois s’étend vers le Nord, vaste parc public désormais.

PH 1065 absent, avant la RD qui fut meurtrière pour deux jeunes gens en septembre devant le regard et PH1064 en septembre 2017…Traversée très dangereuse…hélas.  Plusieurs PH 1063 à1059 seront aussi absents mais une trace de regard condamné apparaît à 1059 environ puis une borne 1058. Six autres PH sont ensuite encore absents de la RandoDhuis(3).
Le regard 1051, 5 mettra fin l’hécatombe de bornes, PH 1051, 1050, 1049 étant bien là !

Ce ne sera pas le cas de PH 1048 et 1047, ni 1045…des chevaux passant alors devant 1046 ! Le PH 1044 annonce une plaque 800 centrale qui donne sur le fameux P38 latéral…très discret ! PH 1043 suivra…

Entre PH 1042 et 1041 on trouve un regard qui ne donne plus que sur une coulée de béton, observable grâce à une ouverture béante à l’arrière du « cabanon ». Peu après on parvient au lieu-dit « la Fromagère »
où quelques personnes ont érigé des maisonnettes et cultivent un imposant potager. On est alors au PH 1040 qui annonce une petite plaque 600 mm centrale et juste après une grande plaque 800 mm latérale ouvrant sur un P25 dit « des Cagoulards ».  Puits absorbant et descendant au cœur du gypse…

Tous les PH sont désormais bien là, avec le regard 1036,5 donnant lui aussi sur un coulage de béton.
Là encore, une dégradation au dos du « cabanon » permet un regard indiscret sur l’obstruction.

On va donc passer de 1036 à 1028, sous la RD   et au-dessus du TGV, entre 1031 et 1030.


Apparaît alors le gros-regard station de décharge à 1027,5. Dans ce secteur on trouvera plusieurs plaques 800mm donnant toutes sur des puits d’absorption, entre PH1026 et PH 1023.

   

PH 1022 et 1021 nous conduisent au regard 1021 à la croisée de chemins.

Puis une série ininterrompue de PH 1020 à PH 1000 ne voient que le regard 1010,5 au beau milieu !
RandoDhuis(3) est alors au niveau d’un regard de dimensions et forme inhabituels, et d’une remise-abri de Dhuysiens.

Cet abri passé la RandoDhuis(3)  croise la RD 105a pour découvrir un petit vallon suffisamment creux pour que l’aqueduc ne puisse y circuler que sur un mode « siphon », dénivelant ici une dizaine de mètres. Ceci suppose aussi que les regards placés de chaque côté de ce vallon sont des têtes de siphon.

Le regard 1000 en est donc une. Vers PH 997 se trouve une grande remise cantonnière, et une plaque 800mm sur le côté, juste au droit du chenal de vidange qui emprunte le lit du Ru de Bouillon pourrait être l’accès à une pièce de manœuvre de la vanne de vidange souterraine.

La remontée du siphon de Carnetin nous offre trois petites bornes avant le regard tête de siphon de chasse qui porte nombre de marques d’effraction malgré moult renforcements et autres soudures…le tout bigarré de tags divers. On est ici à 993,5…

Suit alors une partie dégagée de la RandoDhuis(3), très exposée au vent et accompagnée d’un parcours sportif. L’aqueduc est très souvent en « levée de terre » car l’altitude du sol était un peu inférieure au nécessaire et la couverture terreuse insuffisante à le protéger des agressions diverses et l’isoler des variations thermiques. Deux regards ont été rasés, dont un encore situable par une plaque bétonnée affleurant. Une longue série de PH à laquelle seul le 990 fait défaut va alors jalonner 1,5 km de rase campagne … Un court passage boisé entre deux routes dont la RD 105b est suivi d’un regard « cabanon » à 979,5.

Une partie bordée d’arbustes taillés au carré nous mène au regard suivant. Seul le PH 976 ne sera pas trouvé. On trouve en chemin, vers 976 un bâtiment flanqué d’un gros réservoir d’eau, dont on pourrait penser qu’il appartient à l’aqueduc, mais qui n’est qu’une station de pompage désaffectée. Le regard 975 qui vient est lui aussi très peinturluré ! De forme bizarrement cubique…

C’est alors le regard 969,5 bizarrement encadré par deux séries de 8 à 10 bornes conique arrondies en pierre dont on ne connait pas l’intérêt . Tête de puits de fuite du grand siphon de la Marne qui plonge sous les pieds dans une pente continue 70 à 80 mètres vont alors être dénivelés en pente douce, de l’ordre de 8%. Les PH 965 et 962 sont absents et la borne 960 jouxte un gros regard enterré du Service de Eaux, que l’on pourrait croire en lien avec l’Aqueduc mais ne l’est pas. Ce dernier plonge en fait sous la voie ferrée et l’on retrouve un curieux regard à porte ajourée juste après la ligne SNCF à959, 7 environ. La RandoDhuis(3) traverse une rue puis file tout droit vers la Marne et sa future passerelle. La borne 957 est encore en place, et une dalle de béton ferme l’ultime regard ou ce qu’il en reste à PH 956…c’est là qu’est la coupure. On est à 30 mètres de la rivière.

Regard 956 dans le chantier de la passerelle…avec les piliers d’acier de celle d’avant, jamais terminée.

             

 

 

Le pont d’aqueduc avant la seconde guerre mondiale….et une phase des travaux :

et la passerelle de 2018 :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *