Sardaigne spéléologique !

L'aventure et l'évasion

Sardaigne spéléologique !

22 juin 2018 Canoë Grottes Spéléologie 0

Sardaigne spéléologique…énorme potentiel !

La Sardaigne réserve bien des surprises et beaucoup de beautés géologiques aux spéléologues. Bien que l’activité spéléologique sportive soit encore discrète et assez peu développée, on trouve beaucoup de cavités touristiquement exploitées.
Beaucoup de grottes sont encore actives, beaucoup sont de grandes dimensions, grand développement, grands volumes et offrent des concrétions très diversifiées souvent complexes. 


Les cavités sont rarement bourbeuses, ce qui est un gros avantage !
Le système hydrogéologique a pour particularité de comporter un très grand nombre de fissures et petites fractures absorbant l’eau en de multiples points, ce qui rend les gouffres rares en surface des terres.
Ces nombreuses circulations finissent par confluer peu à peu, d’où des réseaux de plus en plus vastes pour donner de grandes salles et de larges galeries.
Lors de notre séjour en Sardaigne, nous nous sommes concentrés sur les grottes marines et les débouchés de grottes aériennes dans les falaises.
Cette activité suppose deux modes d’accès bien classiques : escalade en partant du bas ou descente sur corde en partant du haut. L’escalade suppose d’accéder sous les débouchés, ce qui est souvent délicat du fait de la végétation, et suppose d’être capable de grimper en sécurité selon la pente…fréquemment verticale !

La descente sur corde paraît nettement plus aisée, mais elle suppose qu’un équipier évolue à distance avec une embarcation pour pouvoir guider du bas le positionnement du point de descente. Ce qui demande pas mal de temps, une bonne coordination, une grande patience, surtout pour le navigateur !
Une corde de cent mètres est requise dans pas mal de cas. Il faut aussi prévoir des anti-frottements.


Une technique amusante permet de reformer l’équipe avec le navigateur, qui prévoit suffisamment de corde pour atteindre la mer…ce qui permet, une fois la cavité atteinte, de le faire remonter en laissant sont embarcation amarrée à la corde ou remontée sur une berge accueillante toute proche s’il y a …
Evidemment, cette méthode du haut nécessite aussi que la mer soit calme…

Plusieurs ouvertures ont ainsi été repérées et visitées, donnant sur des suites qui n’ont pas dépassé 50 mètres !
L’une d’elles, explorée en fin de siècle précédent, est l’issue d’un réseau important, très richement concrétionné, avec une jonction sous-marine. Une partie a été aménagée pour des visites publiques très surveillées…heureusement d’ailleurs !


Les grottes franchement marines, c’est à dire creusées par la mer et non par une rivière souterraine, ou bien recreusées par la mer dans une cavité karstique préexistante puis comblée de sédiments constituant une roche bien plus meuble ou friable que la roche antérieurement formée dans laquelle une rivière avait formé une grotte, ces grottes-là, sont elles aussi peu profondes bien que parfois de grandes largeurs et hauteurs.

Si l’éloignement de la Sardaigne, cette belle île italienne est un handicap (hélas) elle constitue un terrain très favorable à l’organisation d’un séjour spéléo-canyon/kayak de mer /plongée naturelle…(et escalade pour les amateurs !).
Bien évidemment, le potentiel en termes de randonnée pédestre est immense !
Séjour d’approche très encourageant donc !            Grotte « marine »(Cala luna)
Grotte « tectonique » ( Arbatax)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *