Le canyon de Pissevieille

L'aventure et l'évasion

Le canyon de Pissevieille

9 février 2018 Canyon 0

CANYON du RUISSEAU de PISSEVIEILLE

Longchaumois / Orcières (Jura)
Michelin 70
Commentaires divers

L’essentiel concernant le Ruisseau de Pissevieille est résumé dans le topo des Canyons autour de St Claude.

1)Accès
A Orcières, le chemin partant de la patte d’oie au sud du hameau, indiquant Pissevieille à 2,2 Km, est parfaitement carrossable jusqu’à rejoindre le lit du ruisseau, en lisière de forêt (altitude indiquée de 783 m.) où un vaste espace permet le parcage de plusieurs voitures.
La plupart des amarrages ont été améliorés, sauf si les arbres offrent naturellement le nécessaire. Ces améliorations se traduisent de temps en temps par des changement de rive par rapport à la fiche originelle, mais aisés à repérer.

 

2)Description...
Le descriptif est un peu nébuleux pour ce qui concerne la C25 suivant une C6. L’équipement de la C6 en goulotte se fait sur un relais chaîné, en rive gauche, évitant totalement la veine d’eau. On atteint alors un large palier, où l’eau part à angle droit sur la gauche, du moins par petit débit. Un relais chaîné se trouve alors en rive droite, assez haut. Deux possibilités semblent alors s’offrir. L’une est de descendre une dizaine de mètres dans le prolongement de la C6, jusqu’à un gros arbre, puis, à partir de ce dernier, partir à angle droit pour rejoindre le relais chaîné de la C8 qui fait suite. L’autre est de descendre tout de suite à angle droit, dans la partie la plus en rive gauche ( et non pas dans le lit le plus évident de la cascade, longeant le vide, dont la roche très glissante pourrait amener une chute latérale, avec de rudes frottements cisaillants), avec une déviation sur un arbre. Cette seconde version réclame une corde de 60 m pour le rappel en vasque protégée à la base, avant de rejoindre le relais de C8 précité.


La C18 décrite ensuite est une longue goulotte donnant sur un superbe et profond bassin très encaissé, certes dangereuse en gros débit (rappel), mais très charmante le reste du temps. Il y a d’ailleurs maintenant un équipement inox en rive gauche, avec petite main courante à poser, pour la descente en pleine goulotte (petit débit s’entendant), descente qui peut se concevoir en toboggan raide sur descendeur, avec une partie finale sautée (corde volontairement plus courte, dans cette optique). En fortes eaux, le passage est en rive droite, avec main courante en fixe, puis une ou deux déviations permettant d’atteindre une belle vire surplombant le bassin, elle-même équipée d’une main courante fixe jusqu’à rejoindre une pente raisonnable pour retrouver le cours d’eau, évitant ainsi l’obstacle dangereux (tourbillon et rappel) si besoin.
La C6 décrite juste avant le petit pont du GR 9 a nécessité une corde de 15 mètres, amarrée en rive gauche sur un arbre…elle fait bien 10 mètres !
Il y a un large bassin au pied, permettant de petits sauts ludiques de un ou deux mètres.
La suite n’a pas été descendue ce jour.

3) Retour de Pissevieille
La remontée est très simple, mais raide (petit sentier partant aussitôt en rive droite, balisé en vert ou jaune, et pancarte l’indiquant pour Orcières ( 2,2 km, sachant que le parking amont en est à 1 Km. Il faut compter une bonne demi-heure pour déniveler les 250 mètres ramenant à la voiture. Joli chemin, par ailleurs, à l’ombre la plupart du temps.
Une fois connue, cette descente est réalisable en 5 heures environ.
Beau canyon, sans trop de difficultés, aux verticales raisonnables (hormis l’après pont), très jolis décors et paysages, cascades très diversifiées, tant au niveau des formes , des dimensions, que des figures géologiques ou de la flore. Le plus souvent large, sans grand danger d’inondation. Belle et agréable course, surtout si le ruisseau coule (pas souvent, apparemment). Le seul point délicat est que les roches sont presque partout très glissantes, d’où la nécessité d’une attention constante et d’une progression précautionneuse.
D’autre part, plusieurs équipements causent des frottements non négligeables, voire majeurs, et il paraît judicieux d’installer un sac ou un protège corde sérieux à toute occasion.
Canyon semblant peu fréquenté. (trop long, trop engagé, trop glissant, trop de main courantes pour les groupes encadrés et/ou touristiques).
Pour la partie pratiquée, deux cordes de trente mètres suffisent (plus celle de sécurité).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *