Le canyon du Ruisseau des Gorges

L'aventure et l'évasion

Le canyon du Ruisseau des Gorges

9 février 2018 Canyon 0

Le Canyon du Ruisseau des Gorges ( Rogna, Jura )

Le Canyon du Ruisseau des gorges, nous l’ avons descendu en été 2005 et en hiver 2007, alors qu’il faisait moins dix degrés, dont la moitié en « nocturne »…et c’est avec un grand plaisir que nous l’avons retrouvé ce 15 juillet 2013…
Merci au CDS jurassien pour l’énorme chantier de bûcheronnage entrepris pour le dégager et le sécuriser ( 250 heures de travail en tout…) en 2007.

1)L’accès : 

depuis Saint-Claude, suppose de rallier Molinges sur la D436 où l’on tourne à gauche vers Rogna, pour 8 Km de route bien montante. Parvenus dans le village, il faut s’élever, car il s’étend sur trois niveaux, et c’est au terminus asphalté de la rue du Château d’eau qui s’incurve sur la droite , parmi de petites maison et jardins gazonnés que l’on trouve le départ du chemin pour le bois de Montbardon, à main gauche.
Parfaitement carrossable avec véhicule ordinaire, sur 1800 mètres, jusqu’à une épingle à cheveux très marquée sur la droite, avec vaste esplanade de manœuvres…c’est là qu’il est judicieux de se garer. ( mais ne pas gêner les éventuels travaux forestiers…gros véhicules !)
Un bon chemin démarre juste après cette épingle, sur la droite, en sous-bois, d’abord très large puis de plus en plus resserré. Il passe au bord d’un ravin puis d’espaces clairsemés jusqu’à une zone de plus faible pente sur la gauche, pour atteindre un gros rocher (1m environ) planté au bord de la sente. ( marqué « canyon » et fléché )
A cet endroit, on peut donc facilement rejoindre le fond de la gorge et son ruisseau.
La plupart du temps, son débit est faible.
Une vingtaine de crans de descente dont une douzaine au moins nécessitent le rappel en basses-eaux, dans une ambiance sauvage de nature généreuse et verdoyante.

2 )Description du  Canyon du Ruisseau des Gorges 

Plusieurs tronçons entravés de troncs et branches donnent, selon nous, un agrément particulier à ce long canyon de près de 2 Km dénivelant près de 300 m que nous parcourons en 6 heures tranquillement, avec photos et pause déjeuner…évidemment réalisable plus vite pour les amateurs de performances chronométrées. La navette routière est quand même de…14 Km, il vaut mieux avoir de la chance en auto-stop si on n’a pas deux véhicules !
On peut suivre le canyon jusqu’au village de Vaux lès -Saint Claude ou sortir de la gorge dès que l’on trouve un caïrn en rive droite suivi d’un regard de captage…un sentier ( au niveau d’une série de 4 arbres marqués de deux traits rouges superposés longe le ruisseau puis s’en détache sur la droite pour remonter et rejoindre une petite route à 300 m de là. Il suffit de la descendre pour retrouver le village au niveau d’une fontaine…et c’est la navette, si prévue.
On peut aussi remonter à pied : de la route de la vallée ( D 436) dans Vaux-lès-Saint-Claude, prendre à gauche la rue de Trey-la-Fontaine puis la rue de Yame que l’on suit sur environ 200 m pour s’infléchir vers la droite.
300 m mènent à une épingle sur la gauche, puis 500 m à une épingle sur la droite. 250 m plus loin, ne pas aller tout droit mais repartir sur la gauche pour 500 m encore qui amènent à rejoindre un autre chemin dans une courbe sur la gauche, que l’on emprunte pour entrer dans le Bois Brûlé. 600 m plus loin, le chemin devient sentier pour rattraper le ruisseau des Gorges
en 300 mètres environ. Traverser le ruisseau et repartir par le sentier qui remonte en 150 m sur un nouveau chemin large débouchant, 500 m plus loin sur la voie carrossable du bois de Montbardon …il ne reste plus que 300 m à faire en descente cette fois pour retrouver la voiture. Au total, donc, environ 3,5 à 4 Km à marcher pour remonter de 400 m environ…compter une bonne heure à condition d’être en slip de bain et bottes si ce n’est pas l’hiver ! C’est quand même mieux que 14 Km par la route …si on ne les fait pas en véhicule motorisé.
Bien que l’équipement fixe soit sérieux, la C15 et la C21 infligent de sérieux frottements pour nous spéléologues qui ne les aimons guère. La C15 comporte une plaquette de déviation en RG à la rupture de pente…utile si passages multiples. Sinon il est préférable d’opter pour le protège corde ou le décalage de nœud à chaque passage.

Signalons ce remarquable petit barrage de pierres taillées de 10 mètres de hauteur, entièrement comblé d’alluvions…cubage et tonnage de pierre et de terre impressionnants retenus là !
Deux cordes de 30 mètres ( et autant en sécurité) sont donc suffisantes pour le plus grand rappel. Par petit débit, ce qui est la norme, plusieurs petites cascades déclives voire toboggans sont descendabkles sans corde ou en se freinant seulement avec les mains. Peu ou pas de sauts possibles, sinon symboliques. Attention, si deux ou trois réceptacles en marmite sont assez profonds, se souvenir que ce ruisseau est très encombré, et la reconnaissance préalable est indispensable ( beaucoup de bois cassé avec des extrèmités pointues sournoisement placées sous l’eau ou sur le passage de la corde…gare aux descentes à l’aveuglette ! )
De même de nombreuses embâcles sont rencontrées, certaines dans des sub-verticales, et il est prudent de les contrôler voire de les purger ( cailloux en équilibre sur des branchettes mortes).
Ce canyon nous est cher, de par son environnement préservé, sa tranquillité princière, sa praticabilité en presque tous temps et toute saison, son faible engagement…merci à ceux qui l’ont équipé ! Bonne descente à ceux que cet article tentera de l’entreprendre…

Plusieurs tronçons entravés de troncs et branches donnent, selon nous, un agrément particulier à ce long canyon de près de 2 Km dénivelant près de 300 m que nous parcourons en 6 heures tranquillement, avec photos et pause déjeuner…évidemment réalisable plus vite pour les amateurs de performances chronométrées. La navette routière est quand même de…14 Km, il vaut mieux avoir de la chance en auto-stop si on n’a pas deux véhicules !
On peut suivre le canyon jusqu’au village de Vaux lès -Saint Claude ou sortir de la gorge dès que l’on trouve un caïrn en rive droite suivi d’un regard de captage…un sentier ( au niveau d’une série de 4 arbres marqués de deux traits rouges superposés longe le ruisseau puis s’en détache sur la droite pour remonter et rejoindre une petite route à 300 m de là. Il suffit de la descendre pour retrouver le village au niveau d’une fontaine…et c’est la navette, si prévue.

3) Retour à pied…sportif.
On peut aussi remonter à pied : de la route de la vallée ( D 436) dans Vaux-lès-Saint-Claude, prendre à gauche la rue de Trey-la-Fontaine puis la rue de Yame que l’on suit sur environ 200 m pour s’infléchir vers la droite.
300 m mènent à une épingle sur la gauche, puis 500 m à une épingle sur la droite. 250 m plus loin, ne pas aller tout droit mais repartir sur la gauche pour 500 m encore qui amènent à rejoindre un autre chemin dans une courbe sur la gauche, que l’on emprunte pour entrer dans le Bois Brûlé. 600 m plus loin, le chemin devient sentier pour rattraper le ruisseau des Gorges
en 300 mètres environ. Traverser le ruisseau et repartir par le sentier qui remonte en 150 m sur un nouveau chemin large débouchant, 500 m plus loin sur la voie carrossable du bois de Montbardon …il ne reste plus que 300 m à faire en descente cette fois pour retrouver la voiture. Au total, donc, environ 3,5 à 4 Km à marcher pour remonter de 400 m environ…compter une bonne heure à condition d’être en slip de bain et bottes si ce n’est pas l’hiver ! C’est quand même mieux que 14 Km par la route …si on ne les fait pas en véhicule motorisé.
Bien que l’équipement fixe soit sérieux, la C15 et la C21 infligent de sérieux frottements pour nous spéléologues qui ne les aimons guère. La C15 comporte une plaquette de déviation en RG à la rupture de pente…utile si passages multiples. Sinon il est préférable d’opter pour le protège corde ou le décalage de nœud à chaque passage.
Signalons ce remarquable petit barrage de pierres taillées de 10 mètres de hauteur, entièrement comblé d’alluvions…cubage et tonnage de pierre et de terre impressionnants retenus là !
Deux cordes de 30 mètres ( et autant en sécurité) sont donc suffisantes pour le plus grand rappel. Par petit débit, ce qui est la norme, plusieurs petites cascades déclives voire toboggans sont descendables sans corde ou en se freinant seulement avec les mains. Peu ou pas de sauts possibles, sinon symboliques. Attention, si deux ou trois réceptacles en marmite sont assez profonds, se souvenir que ce ruisseau est très encombré, et la reconnaissance préalable est indispensable ( beaucoup de bois cassé avec des extrèmités pointues sournoisement placées sous l’eau ou sur le passage de la corde…gare aux descentes à l’aveuglette ! )
De même de nombreuses embâcles sont rencontrées, certaines dans des sub-verticales, et il est prudent de les contrôler voire de les purger ( cailloux en équilibre sur des branchettes mortes).
Ce canyon nous est cher, de par son environnement préservé, sa tranquillité princière, sa praticabilité en presque tous temps et toute saison, son faible engagement…merci à ceux qui l’ont équipé ! Bonne descente à ceux que cet article tentera de l’entreprendre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *