Descente partielle de la Seine

L'aventure et l'évasion

Descente partielle de la Seine

9 février 2018 Canoë 0

La descente de la Seine en Canoë.

La descente de la Seine sur ce tronçon n’est pas le parcours le plus fréquenté. Il a été reconnu à cette occasion, et ne fut pas trop décevant.
Visiblement, le parcours n’est pas vraiment aménagé, certains obstacles artificiels étant difficiles à franchir à pied et à la main, mais cela peut aussi agrémenter l’expérience !

  1. remarques générales :

    Tronçon : Mussy-sur-Seine à Chappes.
    L’aventure a été menée les 17 et 18 juin 2017, par un temps exceptionnellement radieux.
    Rares nébulosités, températures moyennes de l’air à l’ombre entre 30 et 35 °C, vent faible.
    Pas de moustiques…quelques taons au niveau des prairies .
    Contrairement à ce que pourraient laisser penser diverses informations disponibles sur Internet, les aménagements sur ce tronçon ne concernent pratiquement que l’implantation de signalisations ( pancartes de localisation sur plusieurs ponts, panonceaux signalant quelques lieux d’embarquement/débarquement…)
    De rares barrages ou seuils sont dotés d’un passage aménagé…mais vraiment rares !
    Très peu de panneaux indiquant le bras de rivière à suivre ou un éventuel franchissement facilité lorsqu’il y a hésitation.
    Mais, quand bien même y aurait-il ces indications précieuses pour agrémenter le parcours en facilitant les franchissements d’obstacles, il faudrait de toute façon inspecter ces obstacles. En effet…
    – le franchissement est toujours tributaire du niveau d’eau
    – Le franchissement est toujours tributaire du type d’embarcation
    – Le franchissement est toujours tributaire des attitudes et connaissances techniques des participants.
    – tout passage bon hier peut ne plus l’être ce jour, car plusieurs éléments peuvent poser problème, de façon totalement imprévisible.
    Par exemple, un phénomène de précipitations importantes la nuit, localement, ou bien très en amont, jour comme nuit.
    Par exemple, un acte malveillant visant à encombrer voire piéger la réception du passage.
    Par exemple, des objets naturels ou non, charriés et bloqués dans le passage
    Par exemple, un arbre tombé…
    ETC.
  2. Observations circonstanciées : Compte tenu de ce qui précède, le club SJV n’éditera pas un topo prétendant dire où et comment on doit ou peut passer, poussant volontairement tout pratiquant (au moins un de l’équipe si équipe il y a ) à devoir descendre du bateau et observer, jauger, vérifier, avant de donner le feu vert.
    On signale cependant que tous les obstacles rencontrés étaient franchissables, soit en navigation prudente, soit en flottage pieds dans l’eau, soit en portages courts (sauf à Plaines- Saint-Lange qui réclame un portage de 60 mètres ).
    Pour faciliter les passages de villages SJV a réalisé une compilation de vues IGN cadrées sur chacun.
    L’inauguration de ce tronçon par le club a été faite alors que le débit donné par la station de Plaines était de 4 m3/s 1 semaine plus tôt et 3,5 le samedi 17/06, jour de pratique.

  3. Il ressort des documents officiels que pratiquer en mai voire avril serait certainement idéal (pour ce qui est des débits…mais pour la météo… ?)
    Il y a fréquemment des endroits sympathiques pour s’arrêter et manger, plusieurs lavoirs bivouaquables, dont celui de Bourguignons, très pratique, spatieux…
    La première étape aura compté 28 000 m parcourus de 11h 30 à 20 h 30 environ dont 2 pauses d’une demi-heure. ( Mussy/Bourguignons) Environ 3,5 Km/h…à 3 embarcations.
    La second étape aura compté 12 800 m parcourus en 3 heures 30 environ ( Bourguignons/Chappes)
    Environ 4Km/h…à 2 embarcations.
    Dans l’ensemble, l’environnement est agréable, très verdoyant, en majorité bordé d’arbres.
    Très peu d’éléments polluants, eau claire.
    Passages à hauts-fonds rocheux assez fréquents supposant une navigation attentive.
    Rochers fréquemment moussus, herbeux, ou porteurs d’algues, très majoritairement en boules et rognons, peu « agressifs ».
    La plupart des obstacles à franchir comportent des seuils non aménagés et surtout des zones de réception délicates où il est recommandé de ne pas chuter hors du bateau.

    Peu de pêcheurs rencontrés, tous aimables vu nos sages évitements.
    Nombreuses embarcations sur les propriétés privées, dont divers canoës, surtout à partir de Bar-sur-Seine
    Deux clubs et une base nautique (Chappes) se partagent l’activité de canotage.
    Douze barrages auront été franchis et quelques ressauts naturels.
    Vingt-et-un ponts (et deux passerelles) dont 4 SNCF dont aucun n’aura posé de difficulté.
    Le parcours est régulièrement ponctué de petits rapides, sans grande difficulté à ce niveau d’eau.
    Faune rencontrée essentiellement composée d’oiseaux, notamment Canards colvert, Hérons cendrés, Martins-pêcheurs ( 1 Cygne muet en prime ! ).
    Peu de poissons visibles vu l’agitation provoquée par les pagaies, sauf dans les bras morts et/ou plagettes ensoleillées.
    Peu d’animaux d’élevage visibles de la rivière, soit quelques vaches ou chevaux.
    Rares arbres tombés, tous aisément contournables, embâcles quasi-inexistantes.
    Les barrages eux-mêmes sont d’architectures variées, à trappes ou à volets basculants pour plusieurs, quelques-uns ont une fonction productrice d’électricité, avec turbines immergées ou roues à aubes et même à vis d’Archimède inversée (rare en France).
    Les villages eux-mêmes mériteraient sans doute d’être visités…( ???)

    L’organisation était basée sur deux véhicules avec navettes, et en dehors des horaires de fréquentation normale des routes, il semble que des navettes en auto-stop seraient difficiles…ou bien avec des marges horaires généreuses …et/ou de bonnes baskets !
    La distance du siège SJV à Mussy est d’environ 210 Km, et 170 Km de Chappes à Villeparisis.
    Première navette 40 Km, seconde navette 20 Km.
    Total voitures : 440 Km.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *