Les nœuds en « Y » en spéléologie ou ailleurs…

L'aventure et l'évasion

Les nœuds en « Y » en spéléologie ou ailleurs…

16 juillet 2018 Spéléologie 0

Les nœuds en « Y », quelques commentaires…

Les nœuds en « Y » sont des nœuds  qui présentent la faculté d’autoriser deux amarrages pour un seul nœud.
Il existe de tels nœuds formant deux boucles indépendantes dont l’intérêt est limité, qui consomment généralement beaucoup de corde et n’ont pas l’avantage de favoriser une répartition des charges entre les deux boucles qu’ils comportent.
C’est, pour exemple unique ici, le cas d’un nœud de chaise simple réalisé sur ganse. (encore que ce nœud-là puisse être parfois très utile vu qu’il présente trois boucles d’amarrage ! )
Il est très souvent préférable d’opter pour des nœuds à deux « oreilles » reliées entre elles par un brin susceptible de coulisser et donc d’équilibrer les charges, mais aussi de jouer un rôle amortisseur en cas de rupture d’un des amarrages, une des oreilles devant alors se faufiler dans le nœud avec une forte friction dissipant l’énergie du choc de la chute.
Qui plus est, ce type de nœud est plus aisé à défaire…avantage accessoire mais appréciable !
On trouve toute une littérature sur ces nœuds et une quantité d’illustrations plus ou moins claires, certaines publication allant jusqu’à leur consacrer 8 ou 10  pages d’un seul magazine !
Le principe est simple : un des brins des oreilles doit pouvoir coulisser…ce qui amène tout simplement à des nœuds dits »coiffés ». Le brin coiffant sera potentiellement coulissant, donc équilibrateur, voire amortisseur, et, de plus, autorisera à effectuer de petits réglages d’équipement pour positionner la corde qui travaillera au mieux.
De la sorte, on arrive aisément à définir ces nœuds…en partant des nœuds simples sur ganse classiques !

Le nœud de Huit sur ganse va devenir un nœud de huit sur ganse doublée et coiffée.
Ce que d’aucuns nommeront « Nœud de fusion » ou approchant…
Le Nœud de Plein-poing (sur ganse par définition) va devenir  un nœud de plein-poing sur ganse coiffée…ce que d’aucuns appelleront « Nœud Yao » ou approchant.
Le Nœud de Chaise sur ganse va devenir un nœud de Chaise sur ganse coiffée ( Même pas besoin de doubler !)
Curieusement on constatera alors que les deux derniers nœuds sont les mêmes !

Le seul vrai nœud innovant au cours des dernières années sera le Nœud Gibus, en ce qu’il apporte une troisième petite boucle opposée aux deux autres, bien pratique pour se longer au passage de nœud sans avoir à poser un mousqueton d’oreilles.
Ce nœud suppose de former une bouclette avant de faire un nœud en huit dans lequel elle sera prise…
Tant qu’on y est on pourrait aussi former deux bouclettes…et agir de même ensuite, et on appellerait cela un Nœud de Gibi (car un gibus, des gibi…)…ça amuserait les Shadoks !  Voir image en fin d’article…

Ce Noeud de Gibus présentant réellement un intérêt nouveau, nous en référençons ici une séquence de réalisation empruntée au Net :
 https://wikimonde.com/article/Nœud_de_Gibus 

Pour les autres nœuds, il suffit de se reporter aux sites qui les présentent…ils sont légion !

Nous omettons sciemment de citer plus haut le Nœud Mickey, dit « Bunny » ou « Lapin » vu que tous les nœuds à deux oreilles pourraient se nommer ainsi, et parce que ce nœud qui a connu ses heures de gloire tend à être supplanté par ceux sus-nommés.
Pour autant il reste un nœud pratique et efficace…ce n’est un Huit sur ganse doublée-coiffée ! Toujours la coiffe !

Résultat pour le Gibus :
Mais comme la mode est de « créer » des nœuds et de leur donner des noms, voici des nœuds « inventés » par un spéléologue de très haut niveau de par son expérience quinquadécennale : 

  1. Le Nœud en Huit machardisé sur ganse doublée-coiffée., dit « Noeud « Cri-Cri Un ». Dit aussi poliment « C-Cu » ‘ (prononcer « Sécu »), Sécu allant bien avec les « trous ».
    Ce nœud est évidemment semi-répartiteur puisque sur une base coiffée, à haute résistance car amortissant du fait du demi-Machard, et facilement démontable après usage. Ne glisse aucunement.
    Réclame un peu plus de corde et présente plus de volume, mais un nœud en « Y » est presque toujours dans un espace vide.

 

 

 

 

 

 

 

 

                 CRI-CRI-UN…beau comme un nœud !

2. Le Nœud de plein-poing  double boucle sur ganse doublée-coiffée, dit « Nœud « Cri-Cri Deux ». Dit aussi , musicalement inspirateur, le « 2 C-D » (« 2 Cédé »)
Très facile à faire et à défaire, consomme peu de corde, peu volumineux, amortisseur et répartiteur puisque coiffé !.

CRI-CRI DEUX…le plus économique et le moins volumineux !

 

3. Le Nœud Tête d’alouette à ganse doublée-coiffée, peu volumineux, répartiteur très efficace, très facile à régler, pas amortisseur si deux oreilles en fonction, très bon amortisseur si rupture d’une oreille, dit Cri-Cri Trois » Dit aussi « 2 C-T  » ( 2 Cété) car d’eux c’était venu.  Un nœud EXCELLENT !

 

 

 

 

 

CRI-CRI TROIS, un nœud génial !

Nous ne  présentons que les photos des nœuds Cri-Cri en « Y » finis, pas les séquences de réalisation…ces nœuds n’étant pas homologués par la Commission des Nœuds fédéraux… Les experts trouveront tout seuls comment ils sont réalisés entre les dénominations de base et l’image unique.
Toute réalisation autodidactique suivie d’utilisation « sur le terrain » n’entraînerait que la responsabilité du réalisateur et/ou de l’utilisateur.
Ceci bien qu’en toute rigueur ces nœuds en « Y » aient déjà été testés à la gueuse lâchée et in situ.

Les « inventeurs » de nœuds (qui ne font bien souvent que découvrir des nœuds qui pré-existaient sans avoir été répertoriés ou bien l’ont été sous des appellations différentes, ou ne font que combiner des nœuds existants), se doivent en effet de rester modestes et prudents…dont exemple ici avec les nœuds « cri-cri », à usage personnel ou intra-club.

Et pour finir celui que vous attendiez toutes et tous :    LE NŒUD  GIBI !!!

 Qu’est-ce qu’on s’amuse avec les nœuds !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *