RandoDhuis(5), itinéraire du Réservoir à la Source.

L'aventure et l'évasion

RandoDhuis(5), itinéraire du Réservoir à la Source.

25 mai 2018 Randonnée 0

Randodhuis(5), de Saint-Jean-les-deux-Jumeaux  à  Citry-sur-Marne

RandoDhuis(5), étape du parcours intégral RandoDhuis de 132 km.
Distance théorique de 21 km de la borne 677 à la borne 467, à laquelle s’ajoute 1 km de contournements.


En redémarrant du regard 677,5 tête de siphon, et en prolongeant hors Dhuis vers le S-O en longeant l’autoroute, on trouve rapidement un large tunnel sous cette dernière qui permet de la traverser et….


Tunnel de franchissement                                                                                                   

 

                  Première borne d’étape 

 

….retrouver un regard de franchissement de ruisseau, le 676,5, en contre-siphon. Entre champs et bois, on retrouve les GR 11 et 14A .

Il s’avère très vite que la recherche des bornes sera délicate du fait d’une végétation dense et haute, mais aussi parce que la plupart ont été arrachées et/ou enfouies conséquemment aux travaux agricoles. Vers 658, on constate une forte élévation de terre alors qu’on est déjà en hauteur, suivie vers 656 de la…


Regard 676,5  

 

                                                                                                                                              Haute végétation de graminées

 

 

…présence d’une plaque 800 fermant un puits dans lequel un caillou met au moins 3 secondes avant de percuter le fond…Puits d’absorption peut-être mais dont on voit mal l’utilité ici (?).
A  la borne 648, peu avant Signy-Signet, un regard tête de siphon connaît une forte dégradation d’un de ses flancs.

Puits d’absorption…30 m ?   

                                                    

            Tête de siphon 648 abîmée

 

 

 

 

Vers 644, l’aqueduc franchit un ravin au-dessus d’un gros ruisseau, inclus dans un petit pont en contre-siphon surmonté d’un regard. Gros ouvrage pour un obstacle paraissant insignifiant, mais sans doute nécessaire.

Vers 636 , petit ravin franchi ici par une canalisation incluse dans un pont miniature.
Durant quelques kilomètres, jusqu’à un nouveau regard-pont en contre-siphon 608, une alternance de prés, champs et bois abondamment fleuris composent un chemin agréable sur lequel 60% des bornes n’ont pu être observées…


Comme souvent, ce regard est flanqué d’un petit tunnel de canalisation d’arrivées d’eau latérales. Il est doté, de plus, d’un aménagement sommaire de franchissement. Ces regards en contre-siphon non franchissables sont typiques de RandoDhuis(5).
Le bornage va marquer une amélioration de ce point jusqu’au passage du Petit Morin, vers 540, repassant à moins de 50% de bornes manquantes, mais ce tronçon est marqué par plusieurs centaines de mètres d’une haute végétation plus ou moins urticante, et dans laquelle la trace se réduit à une sente à demi-envahie. Plusieurs bornes ont pu être « ratées ».
Vers 608, à l’orée du Bois de Péreuse, un regard-pont franchit le ruisseau d’exutoire de l’étang de Péreuse (20 hectares…).
Vers 570, vue sur le petit château de Venteuil installé sur sa verdoyante colline.
Surprise au Petit Morin : pas franchissable sans se mouiller dans une bonne hauteur d’eau et sur un fond douteux. Gros regard-pont avec contre-siphon, dont l’unique arcade présente une belle collection de stalactites, fistulaires, conoïdes et même en draperies naissantes.

certaines dépassent 15 cm…soit une croissance moyenne de 1 mm/an, ce qui est élevé relativement à la moyenne.

Regard-pont du Petit Morin                                                                                             

 

  Stalactites diverses sous l’arche

 

 

L’obstacle doit donc être contourné, ce qui est ici facile par la droite, un pont routier présent un peu en amont dans Courcelles-sous-Jouarre. Revenu à la Dhuis, un second et court contournement est à nouveau nécessaire, du fait d’une privatisation par un particulier pour établir un jardin riverain de la D407.
Une pente assez raide permet alors de remonter à la tête de siphon 534 et rallier un sentier de Petite Randonnée dans le bois de la Bitorderie.
Dans cette partie boisée, une seule borne manquante sur 15…. !
Au sortir du bois, une section de 2500 m parfaitement rectiligne traverse la grande plaine de Moras où le chemin s’élève à près de 175 m d’altitude.


Vers 500, une bonne surprise : un regard ordinaire est accessible dans les Bois-Galants, sa porte trop déformée ne permettant plus la fermeture normale, et aucune chaîne n’y étant disposée.
On y trouvera un flot modéré, d’une hauteur d’eau approchant 50 cm, ainsi qu’une petite faune classique de Meta menardi et ses cocons en ballonnets, et quelques limaces.

C’est le moment de signaler que beaucoup de regards sont accompagnés de tas de sédiments de curage des radiers, dont plusieurs comportant des concrétions à caractère de tuf, plus ou moins curieuses, dont les « flipsites ».

A la borne 498, on franchit un ravinement profond donnant à penser à un mini-canyon…sous le Petit Montménard
Après la D68, un nouveau siphon s’annonce avec un regard-pont sur le ruisseau de Saâcy, vers 479.


On traverse ensuite des bois et des vignobles avant de franchir la D55 puis la route de Citry, croisement marquant la fin de l’étape 5.

De là, un retour conjoint marché jusqu’à la gare de Saâcy, suivi d’un court trajet en train puis un bon bout de marche pour l’un, ou d’un retour à VTT par la route pour l’autre.
Durée de l’étape voiture à voiture : 8h30 ! Et 1,5 h d’aller et retour domicile en sus.

Ce tronçon RandoDhuis(5), parcouru à mi-mai, par beau temps, s’est révélé assez intéressant, avec une grande variété de paysages, de cultures, d’édicules divers.
Le tracé est nettement plus « sauvageon», plusieurs segments sont doublés par de gros chemins immédiatement parallèles.
Quelques animaux sauvages ont été rencontrés, dont renard, daim, lézards…animaux domestiques tels que chèvres et agneau et boucs, chevaux, volaille, vaches, et des ruchers.


Grande abondance de fleurs dont Berce spondyle, Renoncules sp., Grande consoude, Grande ortie, Stellaire, Géranium Herbe-à-Robert, Pissenlits, Pâquerettes, Fraisier, Anémones Sylvie, Véroniques, Plantains, Silènes, Lychnis, Raiponce, Séneçon, Myosotis, Seringat, Lilas, Tamaris, Gléchome, Eglantier, Vesce, Trèfles, Gaillets, Lamiers, Vegelia, Aubépines, Cytises, Robiniers…et quelques Orchidées.
Les regards sont tous différents ou presque, dont 5 regards-ponts, 6 ou 7 villages traversés ou frôlés.


Outre le bouclage par une ligne SNCF (nécessitant quand même 4 ou5 km de plus pour jonctions) ou à VTT
une navette auto-stop paraît prometteuse aux heures « normales » de circulation.
Une navette à deux véhicules est évidemment possible.
Le tronçon RandoDhuis(5) est facilement parcourable à VTT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *