Grotte Pourpevelle, que tu es belle ! 537

L'aventure et l'évasion

Grotte Pourpevelle, que tu es belle ! 537

11 mai 2022 Spéléologie 0

Grotte Pourpevelle, que tu es belle !     537

Poursuivant un programme de formation, d’entraînement, de cohésion d’équipe, Mimi et Nanou se sont lancées dans la visite classique de Pourpevelle
à savoir : puits d’entrée, galerie d’entrée sud, deux puits de 7 à 8 m et le grand puits fractionné en 11 et 22 m, réseau sud des voûtes basses, des gours et lacs, le puits de 8m, diaclases en « N », lac du Guano, l’Amazone, laminoir des Cristaux, galerie d’Accès, galerie de la voûte mouillante cheminée de 14 mètres et la belle Avenue sud pour finir jusqu’à l’accès « Evasion » condamné depuis 2011, ne permettant plus la traversée.
Ce parcours fera l’objet d’une description plus fine, mais cet article donne la parole à une visiteuse qui s’est bien « dépensée », car ne va pas jusqu’à l’Evasion qui veut sans quelques efforts physiques et psychologiques…

 

 

Réveil matin, il est 7h, nous avons dormi à la belle étoile, devant les voitures et le Gouffre de Pourpevelle.

Bien emmitouflé dans mes deux duvets, je n’ai pas eu froid, et j’ai pu profiter des étoiles et du levé de soleil.

On s’équipe tranquillement.

La grotte est humide donc néoprène « combi basse » (salopette) et pieds (chaussettes). Plus Combinaison spéléo. Plus le baudrier.

 

 

Sur la fin de l’habillage arrive un groupe de 9 allemands… on se hâte pour partir devant !

Anne équipe le premier puits.
Arrivée en bas, ma lumière ne fonctionne pas, les allemands nous rattrapent, pour certains, Cricri trépigne d’impatience.


Finalement j’avais un problème de faux contact du fil.
Je décide de me lancer dans le 2ème équipement, seulement voila il s’avérera beaucoup plus long que ce que je pensais.

Départ de la corde pour une succession de puits.
1er puits d’environ 7 mètres, avec un Mickey en tête. La main courante n’est pas très bien mise pour y accéder, mais ça passe.


2ème puits à installer dans « une fenêtre », l’entrée est en effet juste après un passage plus resserré. Tête de puits en Mickey, pour 8 m de descente.
3ème puits, …on voit du haut des broches de fractionnement. 11 m + 22 m = 33 m…Je pars sans me poser de question et j’arrive aux broches pour faire mon travail d’équipement, et là… fin de la corde !!! Par chance ou super prévision de Cricri (NDLR : super-prévision, évidemment !), j’ai juste à démarrer le fractionnement avec une autre corde. Mickey en tête et c’est parti pour 20 m. Et là je réalise l’immensité du puits lorsque la paroi s’écarte et que je me retrouve suspendue avec seulement le vide sous mes pieds !!!
Petit coup de sensation forte, je descends et attends mes coéquipiers en bas.

 

On part sur une journée longue, avec pour but le travail d’endurance.
La grotte nous permet de travailler plusieurs aspects de notre formation.
Des puits avec ou sans appuis de pieds.
Des passages aquatiques à mi hauteur dans des gours bien remplis.
Des passages pliés en deux, le plafond se rapproche.
Des passages à quatre pattes, sans protection, aïe..
Des passages où l’on rampe, accompagnés de magnifiques cristaux.
Des passages où l’on rampe, accompagnés d’eau… vraiment dur de se lancer dedans pour moi.
Des montées faciles, et d’autre moins avec un puits « bien étroit »  suivi d’un couloir bien étroit (25cm).

 

On passe 6 heures a s’enfoncer dans la grotte.

L’enchaînement ramper dans l’eau, puits étroit et ramper très bas (25 cm) me demande beaucoup d’effort mental.

Quelques petites phrases telle que « je te déteste ». ( NDLR : Pour en venir à détester quelqu’un, ce quelqu’un a dû occuper une position privilégiée pour nous nuire. Soit parce que des liens affectifs importants nous unissent à elle, soit parce que, d’une manière ou d’une autre, elle exerce une autorité sur nous…voire les deux cas liés !) , ou « j’en ai marre » m’échapperont.
Une légère envie de pleurer à contrôler, et finalement je suis passée et nous avons atteint l’objectif.

 

Cricri voit bien que je ne profite plus trop, du coup on décide de commencer le retour vers l’extérieur.
Evidemment dans l’autre sens tout va mieux !!! Je sais que l’on va vers la sortie, si je passe à l’aller je vais réussir au retour, enfin parce que descendre ce puits étroit est un jeu d’enfant comparé à la montée…

 

On prendra 4h pour remonter à la surface.
Nanou déséquipera la succession de puits et moi l’extérieur.
Entrée dans la grotte aux alentours de 9h du matin, sortie 20h. 11 heures sous terre, une 1ère pour moi…normal, on travaille l’endurance !

 

Le programme a été plus rapidement bouclé que prévu. Pour plusieurs raisons : petit raccourcissement de la balade à la fin (30 min), gouffre pré équipé de broches (pas besoin de mettre de Spits ni de plaquettes !!! Gain énorme de temps), et enfin, une équipe super-efficace !!!

La sortie de grotte s’est déroulée dans la sérénité et l’allégresse…
Apparemment, rien n’a été perdu, personne ne s’est fait mal sinon un peu au genoux, mais les 4 mm de néoprène des combinaisons ont limite les dégâts !
On pense bien à refermer la porte de l’enclos de protection, on veille aussi à ne pas fouler l’herbe destinée à la fenaison pour revenir aux voitures…

 

La suite n’est pas si reposante que cela, et nous sommes servis par le beau temps. S’extraire des combinaisons bien ajustées, de déshabiller complètement, un vague coup de propreté, se rhabiller et tout ranger nous coûtera une bonne demi-heure !
Le dîner en mode « SDF » entre les voitures et à même le sol sera superbement éclairé d’un coucher de soleil d’orangé et de mauve, derrière les frondaisons des arbres qui encerclent le gouffre…et ce sera le départ vers Nans-Sous-Sainte-Anne, vers 21 h.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *