Tous à la Guinguette ! 551

L'aventure et l'évasion

Tous à la Guinguette ! 551

22 juin 2022 Via ferrata 0

Tous à la Guinguette !      553

Comme beaucoup le savent, une guinguette est une sorte de bar-restaurant où on se réunit pour manger, boire, écouter de la musique sur laquelle danser…
En l’occurrence, nous ne savons pas et n’avons pas trouvé pourquoi cette via-ferrata s’intitule ainsi, mais on n’y trouve pas (ou plus) de guinguette !
Un petit bout de commentaire « Coco » pour commencer l’article…

Juin, temps propice à une sortie « nature.

 
Trois jours qui, à la façon SJV, sera sportive… Et chaude. 
Départ 6h le vendredi pour éviter les embouteillages. 
6h de route dans l’enthousiasme de se retrouver à 4. 
Voiture bien chargée en raison du matériel nécessaire et des bivouacs à la belle étoile… 4 lits de camp et 4 mousses épaisses !
 
Nous arrivons en tout début d’après-midi pour une 1ère via ferrata de Hostiaz. 
Pause déjeuner à l’ombre en compagnie d’un taureau énervé par notre présence. 
 
 
 
 
La via commence par une randonnée câblée avant d’attaquer la paroi. 
Organisation SJV oblige, nous sommes parfaitement à l’ombre un grand moment, ce qui est une merveille pour ce week-end classé en canicule. 
La technique et les automatismes reviennent vite. Le paysage, sans être exceptionnel, est agréable et vertigineux. 
 
Nous parcourons assez vite le premier parcours et nous reprenons le sentier pour passer le 2ème qui est un peu plus technique. 
Toto a du mérite, car sujet au vertige, et, à la vue du pont de singes, se sent vraiment mal. 

Il s’accroche malgré tout et passe sans problème. 

Pour un peu plus de détails , on rejoint le parking de cette via ferrata en entrant dans le village et en cherchant vers le nord, une première pancarte et une petite route que l’on suivra durant 2000 m environ, en prenant toujours à droite à chaque bifurcation, sauf à la première.
Cette petite route devient un gros chemin gravillonneux à 1100 m du village.
Elle aboutit à un « parking » assez vaste qui jouxte un pré clôturé où sont souvent des vaches, et un taureau qui n’a pas toujours bonne humeur…vu l’animal et la relative faiblesse de la barrière d’accès en barbelés, il semble préférable de ne pas trop exciter le bestiau…
Par ailleurs, si cet accès automobile est ici décrit, nous signalons qu’il peut être risqué de se parquer là avec une voiture visiblement pleine d’affaires, l’occasion pouvant faire le larron… D’aucuns choisissent de laisser le véhicule au village et marcher environ 2000 m pour gagner la via, afin de s’éviter de vilaines surprises au retour de via.

 


Cette dernière est accessible par un chemin de haut de falaise qui démarre à une table d’orientation vieillissante, côtoyée d’une table de pique-nique et de poubelles publiques.
On trouve aussi un point de feu visiblement très utilisé, mais rien ne l’autorise vraiment !
Environ 300 m de chemin sympathique amènent à la pancarte classique, et on descend dans un bois de buis par une suite de petits escarpements et de bouts de « sentier de chèvres » en style « rando-ferrata » jusqu’à trouver une proposition « GROTTE » ou « BUIS »
Le circuit « BUIS » est de fait une rando-ferrata qui devient peu à peu une via ferrata digne de ce nom…prolongeable par le « GRAND PARCOURS »…
Sinon, échappatoire qui ferme alors le circuit « BUIS »
Beaucoup moins de verdure et beaucoup plus de « gaz »…c’est justement là qu’est proposée cette échappatoire !
Il n’y a cependant guère de difficulté dans ce grand parcours , si on excepte une relative vertiginosité, le vide atteignant plus de 100 mètres quasiment à-pic par endroits

Longueur de 700 mètres environ, 15 à 20 mètres de dénivelée…située, grosso-modo, vers l’ouest et donc à faire le matin si on veut éviter d’être exposé(e) au soleil. (Ou l’après-midi si, au contraire, on le cherche !!!)
Le circuit « GROTTE » se modifie en via ferrata beaucoup plus vite et comporte une diversité d’agrès qui le rend plus ludique et un peu plus technique. Mais aussi bien plus court.
Si on ne sort pas au plus court, il y a un petit prolongement qui permet de connecter l’échappatoire ci-dessus signalée  puis de sortir par une échelle de perroquets.
Si on ne saisit pas cette opportunité, on se retrouve à nouveau sur le Grand parcours.
Pour réaliser la « totale », on peut compter deux heures, tranquillement.
On revient alors à la table d’orientation puis au parking ou au village, ou bien, on part à l’opposé quand on achève le grand parcours (itinéraire en bleu) et on rejoint directement la route d’accès. (Si le véhicule est au village, évidemment !)
Dans cet ensemble, on trouvera donc de beaux tronçons rando-ferrata dans des abrupts boisés, passerelle de planches articulées, petites poutres, échelle, mât de perroquets, court pont de singes, et de petits dévers négatifs…rien de très original, tout est à taille « humaine ».
On le redit, si ce n’est le grand vide qui peut impressionner, c’est une via « AD » pour la totale, et « PD » pour le petit parcours « BUIS », selon nous.

 

Sinon, le décor paysager de la vallée est relativement banal, celui du plateau est plutôt agréable, de type bocager.
Il y a quelques maisons et éléments urbains intéressants dans le village d’Hostiaz et celui de Tenay, en fond de vallée.
Cette via ferrata est d’accès libre toute l’année, mais à éviter s’il a plu ou neigé car nombreux passages terreux jalonnant les parcours et rendant les semelles fort glissantes.
Via qui vaut le détour !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *