Formation en trio 438

L'aventure et l'évasion

Formation en trio 438

13 septembre 2021 Non classé 0

Formation en trio     438

Si l’initiation et la découverte sont de maîtres mots dans le club SJV, il ne s’agit pas de s’y arrêter dès lors que les membres ont envie d’aller plus loin que la seule pratique élémentaire permettant d’atteindre une autonomie d’équipière ou d’équipier de base.
On passe alors de l’initiation sérieuse à de la formation sérieuse, qui va amener la personne à passer d’équipière à  équipeuse, d’enseigné à enseignant, de responsable de soi seul à responsable de soi et des autres. 
Lors d’une récente sortie souterraine, c’est ce qu’un trio de pratiquants  déjà bien « débrouillés » a pu vivre, dans une formation en rotation, dans laquelle chacune ou chacun passe tour à tour de premier ou première  à dernier ou dernière, prenant cycliquement la responsabilité d’équiper ou déséquiper.
Pour ce faire, une cavité est choisie de telle sorte qu’elle présente une succession d’obstacles diversifiés, allant du petit ressaut à franchir à pied jusqu’à la verticale pure décamétrique, en descente comme en montée, en passant par des vires, et en utilisant des techniques de progression différentes.
Soit cette cavité offre un parcours long et régulièrement accidenté, soit elle offre une possibilité de circuit fermé ou bouclé, où l’on peut monter et descendre régulièrement sans passer deux fois par le même obstacle.
La formule « bouclée » quand elle est possible, offre de plus le grand avantage de ne pas avoir à trimballer les sacs en permanence, vu que l’on peut les retrouver à intervalles de temps court, mais surtout celui de ne nécessiter qu’un jeu d e2 ou 3  cordes seulement, la récupération des équipements étant rapide.
Ce jour-là, divers obstacles étaient à franchir dont certains nécessitant une technique de corde, séparés par des galeries à parcourir, en galerie basse ou tunnels ou terrain accidenté…les carrières Saint-Pierre de Gagny dont l’accès aux spéléologues est toléré par les gestionnaires ont fourni ce qu’il fallait !
Bien évidemment, outre une maîtrise de plus en plus affinée des appareils de progression, un entraînement à poser des rappels et à faire certains nœuds, ou à gérer le sac, s’est imposé à l’équipe.
Bien que les équipements individuels soient typiquement spéléologiques, les principes appliqués pour les descentes furent plutôt ceux des canyonistes !
Il s’y ajoutait une étude de plan et d’orientation, simple, mais formatrice de l’esprit.

Un petit atelier d’aménagement digne des Mésopotamiens est venu agrémenter  l’activité…

Un esprit d’entraide, de conseils partagés, de réflexion collective a présidé durant les quelque 8 heures qu’a duré cette sortie, qui a vu une progression des difficultés, et dont les protagonistes sont sorti(e)s un peu fatigué(e)s mais content(e)s!
Mais surtout devenus encore plus autonomes et compétents !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *