Belle et bonne journée pour Coco 450

L'aventure et l'évasion

Belle et bonne journée pour Coco 450

2 novembre 2021 Canyon Via ferrata 0

Belle et bonne journée pour Coco     450

Nouvelle aventure après 2 ans sans grandes sorties.

 
Séjour de 3 jours avec un programme SJV pour une équipe « confirmée ». 
J1 normalement prévue grotte d’Ouzène. 
J2 via ferrata Échelles de la Mort, suivie d’une descente en canyonisme au Canyon d’Amondans. 
J3 via d’Ornans avec plus ou moins de randonnée en fonction du « timing » et de la météo. 
 
La jonction se fait le vendredi soir au sentier karstique, chacun arrivant à une heure différente. 
Nous arrivons avec Gigi vers 22h30. Le reste de l’équipe nous attendant avec impatience car nous avons la literie dans la voiture. 
Ils en ont profité pour faire une veillée avec feu de bois. 
 
J1…Une belle et bonne journée pour moi !
Nous nous levons de bonne heure et nous nous dirigeons vers la grotte… Et, malchance, il y a un stage pour spéléologues. 
Ce qui rend notre projet compliqué en raison des temps d’attente. 
 
Nous décidons de commencer par le programme initialement prévu pour J2. 
 
1h de voiture et nous rejoignons la via des Echelles… En espérant que la météo nous permette de la faire. 
Mais nous sommes à SJV… La météo est en complicité. 
 
Pour Gigi et moi, c’est la deuxième fois que nous la faisons. 
La pratique,depuis deux ans, du via-ferratisme, apporte une aisance qui me (Coco) donne le plaisir de grimper et de profiter pleinement des différents agrès proposés. 
Il y en a beaucoup, effectivement différents et variés ce qui donne un côté très sympathique à cette via. 
 
 
 
Le paysage est magnifique avec la richesse des couleurs de l’automne où les bruns, les jaunes, les ocres, les verts profonds à tendre en passant par l’olive nous émerveillent. Le Doubs serpente en contrebas tel un grand ruban moiré dans la vallée. 
 
La via et le changement de programme, nous amènent à l’heure du déjeuner que nous prenons au pied de la via dans un abri très confortable. 
Il pleut mais la température est clémente. 
 
Vient ensuite un nouveau trajet de 1h environ pour rejoindre le village où se trouve le ruisseau pour le canyonisme. 
Kiki nous installe dans un très beau lavoir, où nous déballons tout notre matériel. 
 
 
 
Et c’est parti pour une longue séance d’habillage avec les combinaisons en néoprène. 
Enfiler ces combinaisons relève souvent du sport car elles sont encore humides de la semaine d’avant. 
Heureusement, pour une fois, nous sommes contents que la température soit fraîche, ce qui nous évite de transpirer. 
 
Une fois équipés nous nous sentons engoncés…ce n’est pas nouveau !
Nous reprenons la route pour quelques minutes afin de nous rapprocher du lieu. 
Descente au fond du ruisseau… Et là, Kiki nous invite avec un large sourire à nous allonger dans deux belles flaques faisant office de piscine. 
 
Important de se mouiller pour éviter les chocs thermiques si immersion brutale dans les bassins à venir. 
L’eau est très froide et ça me saisit désagréablement… La première fois. 
 
Au fond du canyon, les couleurs de cette magnifique saison nous émerveillent et nous réjouissent les yeux autant que le cœur. 
Le ruisseau coule assez bien avec un débit suffisant pour être agréablement praticable. 
 
Nous sommes comme des enfants à jouer dans les flaques et cheminer dans ce ruisseau avec plaisir et bonheur. 
 
Arrive une seconde flaque, un peu plus grosse, et un deuxième bain obligatoire glaçant qui fait pousser des cris de crispation… Heureusement grâce au néoprène la sensation ne dure pas et la tiédeur revient. 
 
La descente continue et troisième bain avec douche ventrale. Le principe étant d’ouvrir la combinaison et de laisser entrer l’eau d’une petite cascade par la poitrine.. Nouveau moment saisissant !
 
Nous voilà fin prêts pour affronter les bassins plus profonds où bien souvent je n’ai pas pied. 
Le paysage est varié. Couleurs chaudes alternant avec le vert de la mousse entourant les arbres. 
 
L’ambiance est gaie, et l’esprit d’équipe très agréable. 
Première descente en rappel, qui amène dans un lieu où la magie et la sensation d’enchantement me font chercher fées et lutins entre les feuilles. 
 
 
Puis bientôt nous sommes à la hauteur de la dernière descente où l’amerrissage est dans un grand bassin. 
Connaissant l’endroit je me sens peu « chaude » à y aller…. Kiki m’encourage… Merci à lui pour la motivation.. Lol !!! 
 
Il nous conseille quand même de mettre les capuches de nos combinaisons ce qui évite d’avoir la tête subitement dans l’eau froide et rend la manœuvre quand même plus supportable. 
Encouragement à ceux et celles qui descendent et congratulations à l’arrivée donnent de la chaleur au cœur à défaut du corps 
 
Puis vient une petite séance de sauts dans l’eau… Je me désiste, car je déteste ça.. En plus du froid. 
La fin d’après midi approchant avec la tombée de la nuit plus tôt en cette saison, nous reprenons le chemin inverse. 
Gigi m’accompagne pour la remontée par la mini-falaise que kiki avait pris la peine de sécuriser, en plus… Trop bien ce « Chef de groupe »!
Les autres reprennent donc la corde pour remonter aux bloqueurs, ce qui implique de nouveau un saut et une petite nage dans le bassin. 
Le chemin de retour se fait dans l’entraide et les rires. 
Nous voilà enfin près des voitures où une séance de strip-tease collective commence. 
 
Je décide de redescendre prendre quelques photos, puisque nous n’en avions pas pendant l’activité, faute d’appareil…
À la remontée tout le monde est rhabillé, et range le matériel. 
Gigi m’aide à sortir de ma combinaison en néoprène qui colle à la peau. 
 
Direction la maison forestière que nous espérons libre afin de profiter d’une bonne flambée. Elle le sera !
Il pleut et l’objectif est de trouver du bois assez sec. (Disons…pas trop mouillé !!!)
 
 
Grand chambardement du matériel à trier et à préparer pour la grotte pour J2. 
Nous avons décidé d’y aller pour 7h30 afin de démarrer avant les stagiaires.. 
 
La soirée est réchauffante et revigorante à la fois. 
Rire, fatigue et décompression…. Et dodo à 22h.
 
La journée suivante tout aussi bonne, a été narrée par le reste de l’équipe…(Article 449)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *