Le Nœud « Mimi » 427

L'aventure et l'évasion

Le Nœud « Mimi » 427

6 septembre 2021 Canyon Spéléologie 0

Le Nœud « Mimi »     427

De tout temps il a existé des nodophiles, et au cours des siècles, pour des besoins techniques, des recherches esthétiques, l’amusement intellectuel, le plaisir créatif, de très nombreuses personnes ont fait des nœuds, créé des nœuds, à tel point qu’il semble en exister environ 3000 qui sont répertoriés dans le monde…
Dans cette multitude, il n’est pas rare de trouver des sosies, et très fréquent de trouver un même nœud sous plusieurs appellations que ce soit du fait de langues différentes ou de cultures différentes ou de corporations différentes, etc.
C’est un bon exercice mental et manuel que de chercher à créer des nœuds par soi-même, mais il convient bien sûr de rester très humble…il y a très peu de chance qu’un nœud sorti de nos cerveaux aujourd’hui n’existe pas déjà ailleurs ! 
Le nœud Mimi est sorti d’un cerveau du club, sans doute a-t-il un nom d’origine quelque part mais cela n’a pas d’importance…pour SJV, on l’appellera « mimi » !
Il s’agit d’un nœud de raboutage, destiné à la spéléologie essentiellement, et qui sert à connecter deux cordes dans une verticale ou assimilée.
Il est donc important que ce nœud comporte de quoi se longer le temps de faire passer les appareils de progression d’un côté du nœud à l’autre.
Traditionnellement, les spéléologues utilisent très souvent un nœud en huit sur ganse sur la corde supérieure triplé par tissage de la corde inférieure.
le Nœud Mimi apporte des avantages : consomme moins de corde, facile à faire et surtout à défaire !

Sa structure est très simple : c’est un nœud de plein-poing (A) (nœud de vache, queue de vache, nœud simple sur ganse…) sur la corde supérieure (verte) et un nœud de capucin (B) sur l’inférieure (blanche), les deux nœuds s’embrassant. Il se font donc un « mimi » !
Les cordes peuvent coulisser l’une par rapport à l’autre et le brin dormant de la corde supérieure (verte) est pris dans le Capucin et c’est justement ce qui permettra de défaire facilement cet ensemble.

 

Ayant pris la précaution de laisser 12 cm au moins sur le dormant de la corde inférieure, il suffira d’écarter les deux nœuds de départ en tirant dessus pour dégager ce brin dormant, ce qui détendra totalement le Capucin. Une fois ce dernier démonté, il suffira de faire coulisser la corde supérieure dans le Plein-poing qui se démontera facilement à son tour.
La résistance de ce nœud composé est au moins celle du nœud de Pêcheur Double composé lui-même de deux Capucins embrassés…donc très fiable !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *