Le Nœud « Coco » 428

L'aventure et l'évasion

Le Nœud « Coco » 428

6 septembre 2021 Canyon Spéléologie 0

Le Nœud « Coco »     428

De tout temps il a existé des nodophiles, et au cours des siècles, pour des besoins techniques, des recherches esthétiques, l’amusement intellectuel, le plaisir créatif, de très nombreuses personnes ont fait des nœuds, créé des nœuds, à tel point qu’il semble en exister environ 3000 qui sont répertoriés dans le monde…
Dans cette multitude, il n’est pas rare de trouver des sosies, et très fréquent de trouver un même nœud sous plusieurs appellations que ce soit du fait de langues différentes ou de cultures différentes ou de corporations différentes, etc.
C’est un bon exercice mental et manuel que de chercher à créer des nœuds par soi-même, mais il convient bien sûr de rester très humble…il y a très peu de chance qu’un nœud sorti de nos cerveaux aujourd’hui n’existe pas déjà ailleurs ! 
Le nœud Coco est sorti d’un cerveau du club, sans doute a-t-il un nom d’origine quelque part mais cela n’a pas d’importance…pour SJV, on l’appellera « Coco » !
Il s’agit d’un nœud d’amarrage, destiné à la spéléologie essentiellement, et qui sert à fixer une corde sur un connecteur, préférentiellement dans le cas de mains courantes ou assimilées, mais convenant aussi pour des passages verticaux.

 

 

Sa structure est très simple : c’est une Tête d’alouette dont on vrille les deux yeux avant de les superposer.
Il en résulte un nœud économique, peu volumineux, et qui, placé correctement dans un mousqueton, réduit considérablement le frottement de la corde sur une paroi. Il diffère de la Tête d’alouette classique en ce qu’il ne glisse pas tout en restant un nœud amortisseur.
Extrêmement facile à défaire puisqu’il suffit d’ôter le connecteur. A l’inconvénient de nécessiter deux passages de la corde dans le connecteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *