Descente de la Basse-Cure 2022 541

L'aventure et l'évasion

Descente de la Basse-Cure 2022 541

23 mai 2022 Canoë 0

Descente de la Basse-Cure 2022     541

Pour la première sortie en canoë de la saison, nous avons opté pour la Cure, petite rivière agréable que nous n’avions pas revue depuis des années ! Formule « deux jours » avec  bivouac troglodytique.
C’est une organisation « grand luxe » que cette version 2022, car nous partons à 9 et trois véhicules ce qui facilite et rationalise grandement les navettes et évite l’incertitude liée à l’auto-stop quand il n’y a qu’un véhicule ou deux sans assez de places assises.

L’itinéraire habituel va de Malassis à l’Yonne soit environ 45 km de navigation. Seuls 6 à 7 barrages restent à franchir de nos jours, ne posant guère de difficulté.
Quatre embarcations en polyéthylène épais (très conseillé dans cette rivière où on « racle » beaucoup) avec deux bidons de 50 l et deux de 6 l, dotés d’une pagaie double à l’avant et une simple à l’arrière.
Écopes et éponges en prime, tout cet attirail sécurisé aux lignes de vie latérales par un mousqueton…et c’est parti !

Le trajet demandera 5 h et 5h30, pauses (rares) incluses, soit une petite moyenne de 5 Km/h, facilitée par un lâcher d’eau sur le premier jour seulement, d’où 20 cm d’eau de moins, en moyenne, pour le second jour ! Ce fut une chance, mais qui eut un prix : une eau beaucoup moins claire qu’à l’ordinaire du fait du lâcher d’eau du barrage, qui mobilise les sédiments accumulés au fond de ce barrage..
Aucune difficulté rencontrée avec qui que ce soit, riverains ou pêcheurs comme autres canoéistes et kayakistes ces derniers ayant d’ailleurs une petite compétition de vitesse sur quelques kilomètres.
On remarquera les berges très fleuries et très peu de pollution par déchets flottants.
On ne peut passer outre un tout petit commentaire quant aux grottes de Saint-Moré …
On en dénombre une quinzaine, qui se développent sur 25 à 246 mètres.
La Grotte de Nermont qui nous abrita développe 135 m.
En dormant dans ces grottes, nous succédons à certains de nos ancêtres qui y résidaient déjà il y a … 200 000 ans !
De nombreuses fouilles archéologiques ont été menées depuis 150 ans et ont livré beaucoup de matériel dont objets de l’âge du Bronze, et poteries, et quelques outils.

Au cours du XXème siècle, elles furent exploitées pour leurs contenus en pigments minéraux, et furent habitées pour certaines, d efaçon plus ou moins durable, dont la Grotte Colombine par un certain « Père Leleu », personnage très pittoresque, ouvrier ocrier, gardien des grottes, chasseur de serpents, guide amateur, joueur de vielle, homme « toutes-mains » à l’occasion…

Pour ce qui nous concerna, temps très favorable, soleil, tiédeur de l’air, eau peu froide, peu ou pas de vent, pas de pluie ni orage de chaleur.
Certaines pratiquantes s’expriment ici d’ailleurs :

Roro par exemple :

Samedi matin c’est le grand départ, et à 8h tout le monde est en voiture.
Nous partons en direction de Domecy-sur-Cure.
Bientôt midi et tout le monde a faim… ça tombe bien puisqu’on arrive au point de départ de la navigation.
Après déchargement du matériel, et que tout le monde a bien déjeuné, on commence à préparer les bateaux…  
L’eau était plutôt à bonne température, mais pas bien belle.
On s’est bien amusés pendant ces 5 à 6h de navigation, entre les éclaboussures et les descentes rapides!
On voit enfin l’endroit où on va dormir… la grotte est super haute, c’était vraiment très long de monter (NDLR : 40 m de dénivellation et 100 mètres à parcourir, lits de camp ne pesant que 4 kg…ça va être dur pour la future sortie en montagne en autonomie avec sac à dos !) mais la vue est super belle !!!
 
 

On a même eu l’occasion de voir un départ de montgolfière👍🏻.
La nuit à été un peu froide mais elle a quand même été agréable… avec les bruits des chauves-souris. 
Il est alors heure de se lever car aujourd’hui nous avons une « grosse » journée. Après avoir descendu tout le matériel (Eh oui,
ça a été long aussi…mais moins difficile !!!), nous avons repris le bateau sur la Cure en direction de l’Yonne à Cravant.
Le paysage était magnifique avec les  belles fleurs blanches des renoncules d’eau et les sortes d’algues mais qui n’en sont pas (Les vallisnéries)  qui nous montraient le chemin du plus fort courant.
Nous avons passé plusieurs barrages d’anciens moulins, soit en se glissant dans une passe, soit en transbordant à pied les bateaux, ce qui était plutôt amusant.
Après plusieurs heures de navigation et plusieurs échanges d’équipier(e)s dans les bateaux nous arrivons au point final de notre parcours et hop! …Un petit saut dans l’eau pour marquer la fin de la sortie !!!
 
 

Ou bien Liline :

Nous sommes partis de la maison à 7h 30 , ce qui est plutôt de bonne heure pour le week-end, mais bon…. 

On a fait trois heures et demie de route durant lesquelles je n’ai fait que dormir malgré une volonté de faire mes devoirs que j’avais studieusement emportés avec moi.
Arrivés sur le site du départ on a déchargé le matériel puis mangé et en deux temps et trois mouvements, nous sommes partis…

Au début je suis restée dans le bateau de trois équipières et je n’ai pas pagayé mais j’ai pu profiter du paysage et du soleil ☀ !!

 

Ensuite on s’est arrêtés et j’ai pu pagayer… malheureusement nous avons chaviré dans un virage et ce n’était pas de ma faute, malgré les dires de certains parce que j’étais à l’arrière pour diriger !

Mon équipage et moi somme tombés à l’eau et nous avons perdu une casquette, une écope , un mousqueton et une éponge… lol ! (NDLR : Mais c’était une erreur que de ne pas les avoir sécurisés comme dit au départ !)

Bref je vais bien ne vous inquiétez pas pour moi… je vais bien !!!

Nous sommes enfin arrivés au point de bivouac prévu et nous avons dû monter toutes les affaires jusqu’en haut, dans la grotte, mais franchement même si c’était dur à grimper la vue en valait la peine.
On n’a même pu assister au décollage d’une montgolfière, c’était plutôt « stylé » !!

 

Bref… pendant la nuit j’ai plutôt bien dormi et le lendemain c’était dur de me réveiller car je ne voulais pas sortir de mon lit… mais j’ai réussi !!! (On m’y a un peu encouragée quand même…) 

 

Donc c’était parti pour avancer le plus vite possible pour arriver à destination.
J’ai pu faire la course avec les autres bateaux et on s’est éclaboussés, on a bien rigolé !
A la fin on a (presque) tous sauté à l’eau et on s’est baignés !
N’empêche que j’ai failli partir à la dérive avec le bateau car nager à contre-courant n’est pas une chose très intelligente à risquer ni facile à faire… lol !!!
Ce fut une expérience formatrice…

Ou encore certain pratiquant, tel Toto…

Merci à tous pour cette sortie, car dans une telle action, chacune et chacun de nous tient une place et joue son rôle, et notre agrément comme notre réussite est l’œuvre et le fruit d’une équipe, tout comme la bonne conduite de nos canoës résulte de l’effort de leurs équipages.
J’ai mal partout mais ça a été « super », avec de très beaux paysages, un parcours intéressant, une belle nuit dans une grotte.
De plus, le hasard a bien fait les choses, car ce fut la première fois de ma vie que je vis une montgolfière se gonfler et s’envoler…

J’ai découvert que les « fifilles » du groupe avaient un bon niveau de vannes … cela fait plaisir de partager le sens de l’humour !
Nico, Gigi toujours sympathiques et Mimie toujours au top….Qu’est ce que j’aurais bien aimé avoir une prof comme elle, étant môme…

Merci encore à tous et toutes pour ces magnifiques moments vécus ensemble dans ces cadres naturels encore préservés.

C’est dingue, mais lors du trajet de retour, je pensais à écrire un livre sur ce que j’ai vécu…
Le soir ce n’était plus qu’un chapitre…
Le matin au réveil peut-être encore une page…
Et là, au travail je n’ai pu sortir qu’à peine quelques lignes …
Mais au fond de moi, le livre entier à écrire est bien là !!!

Bon, en résumé, vraiment de super journées, et… merci encore à Chacune et Chacun !!!

On se retrouve dans trois semaines…et pour une belle grande sortie dans un petit mois…je suis très content !

Et le commentaire de Guigui…

Nous voilà partis pour une sortie canoë sur 2 jours. Une de nos premières vraies sorties canoë. Personnellement j’étais pressée pour la faire car j’adore le Canoë. Après plusieurs heures de route et un bon repas nous voila partis pour 5 heures  de navigation …
Au début c’était plutôt simple je pagayais à l’avant mais c’est devenu plus compliqué au bout de quelques heures car le mal de bras a commençé à arriver 🤣.
Le paysage était magnifique !  Le seul bémol ce sont  les araignées arboricoles qui, quand nous nous percutions les arbres, tombaient dans le canoë 🥴. Après je suis passée à l’arrière dans le canoë de Cricri… beaucoup moins facile à l’arrière mais ça nous permet d’apprendre à diriger le canoë.
Il faisait très beau et chaud ce qui était parfait pour le canotage sur la Cure. Enfin nous arrivons à l’endroit pour le bivouac…je me sens  soulagée…. mais ce que nous savions pas c’est qu’il fallait monter tout le matériel dans les « montagnes » jusque dans la grotte où nous irions dormir ! 😫.
Mais bon mieux vaut dormir dans des lits qu’à même le sol. La vue était magnifique nous avons même pu observer la montée d’une montgolfière, une première pour moi.
C’était magnifique, et après un beau coucher de soleil et un bon repas nous sommes parties nous coucher avec des chauves-souris au dessus de nous..;
Le lendemain c’était reparti pour de longues heures de canoë. Il faisait moins chaud mais la température de l’eau était très bonne…nous avons même eu l’occasion de nous baigner !
C’était trop bien ! 
À la suite de plusieurs barrages, obstacle à surmonter en déplaçant les canoë à la main, nous avons pu manger dans un joli parc et nous sommes repartis en sur l’eau.
Nous avons rencontré plusieurs personnes en canoë sur la Cure et vu de très jolies maisons aux alentours. 
À l’arrivée j’étais fier d’avoir tenu bon,  malgré un mal de bras.
Ce séjour était très bien, nous avons pu voir plusieurs animaux ragondins, canards, oies, chauves-souris, souris… et de très beaux paysages. C’est très enrichissant et pourquoi pas à refaire….sur une autre rivière !
 
Un énorme merci à Cricri, Mimi, Nico et Gigi , sans lesquels tous ces merveilleux séjours n’existeraient pas!
MERCI BEAUCOUP !

Et pour finir, le duo Emicola…

Ce samedi c’était réveil à l’aube 😉 pour un départ dans la bonne humeur afin de participer à une nouvelle expérience SJV : le canoé en descente de la Cure. (NDLR : ils ne savaient pas ce qui les attendait…)

Nous sommes descendus tranquillement tout au long de ce cours d’eau, profitant d’un lâcher d’eau qui nous a permis d’avancer plus facilement. (parfaitement organisé tout comme la météo au top !! 😃) (NDLR : SJV sait parler à l’oreille des Dieux, comme d’autres à celle des chevaux)

Mais au bout de 25 km les bras et le dos sont bien fatigués, arrive salvatrice : l’heure du bivouac ! ( NDLR : mais un bivouac SJV n’est pas forcément synonyme de (tout) repos...)

Même si nous avions oublié nos petites salades faites avec amour dans notre frigo, ( NDLR : quand même…s’enfermer dans un frigo pour faire des salades, ces gens sont spéciaux !) tant pis pour nous …nous n’aurons pas nos 5 fruits et légumes pour cette sortie…

Heureusement, toute l’équipe avait prévu large et nous n’avons pas eu besoin de faire d’arrêt supplémentaire. Merci à tous aussi pour ce partage.

Le lendemain, vu que tout le monde était devenu professionnel de la pagaie, et que plus personne n’était fatigué (ou presque), nous sommes partis encore une fois de bon matin pour continuer notre descente.
20 km supplémentaires, cela fait beaucoup mais au moins nous ne sommes pas venus pour rien !!!

Pour finir, pendant que des conducteurs allaient nous chercher nos véhicules pour rentrer dans un ballet de voitures bien calculé, (ça s’en va et ça revient),  nous avons rangé les bateaux afin de les rapporter à bon port. (NDLR : décidément, sont bizarres ces gens, quitter une rivière pour aller à un port…zon dû boire un petit coup de trop, zon oublié la briffe, mais pas la piquette !)

Merci à Toto et Cricri qui ont rangé seuls le matériel, car beaucoup étaient contraints par le temps…

Merci encore à Cricri pour la préparation (presque) parfaite.(NDLR : il avait quand même oublié la carte du départ, les bougies du bivouac, la bonne plaque d’immatriculation de remorque, et mal rangé les cadenas désormais perdus…vraiment nul ce type !)

A Bientôt pour la prochaine sortie !!

  Telle fut la réflexion de Toto, lundi matin, au boulot…

  Débits de la Cure… à éviter de juin à novembre !!!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *