Mimi se prépare au « Berger » (6) 540

L'aventure et l'évasion

Mimi se prépare au « Berger » (6) 540

23 mai 2022 Spéléologie 0

Mimi prépare le « Berger » (6)     540

La visite « classique » du Gouffre Berger telle qu’équipée et organisée par l’E.F.S. chaque année s’apparente à un mixage de spéléologie verticale, de randonnée de montagne sous terre, de via cordatisme et de canyonisme, selon les tronçons parcourus.
C’est pourquoi la préparation idéalisée dans une région dépourvue de cavités naturelles et qui en est très éloignée, va chercher à travailler l’organisme selon ces quatre disciplines, qui le sollicitent plus particulièrement.
Une des formules concoctées à cet effet associe un parcours sportif semi-urbain, des évolutions dans une installation à cordes verticales de 16 m, et un parcours cycliste.

Le parcours sportif est en partie détourné de ses usages officiels, de sorte à solliciter les bras, les épaules, les dorsaux et les abdominaux, un peu dans tous les sens et dans diverses postures. Il comprend 10 stations et sera parcouru deux fois complètement.
L’installation dans un grand chêne amène à monter et descendre 250 m en deux ou trois lots de 15 m de dénivelée, après l’avoir équipé.
Cette pratique sera complétée par deux exercices de décrochage d’équipier sur corde, avec le handicap assez sévère d’un différentiel de masse corporelle de 20 kg en défaveur de la sauveteuse !
S’en suivra le déséquipement, bien plus tard.

Le parcours cycliste ne compte que deux fois 10 km environ, sur piste bosselée, en aller et retour donc avec vent « contre ou pour », mais à vitesse soutenue d’environ 30 km/h, travaillant ainsi les jambes et le système cardio-respiratoire.
S’ajoutent à cela quelques kilomètres à vélo ou à pied avec sac à dos de 10 kg.
L’ensemble prendra environ huit heures dont 1 heure de pauses cumulées.
Un temps favorable, ni trop chaud ni trop froid, avec de courtes et légères ondées et un peu plus de vent sur la fin, ce qui procurera quelques sensations perchés sur des branches de chêne animées de mouvements oscillants…à 15 m du sol !

Il résultera quelques marques très rouge à l’encolure, du fait du torse sur un fin tee-shirt seulement, et des frictions marquées de bloqueur de pied sur les malléoles , faute de chaussures montante…mais vraiment négligeables
Le tout dans un bain de nature, entre bois, marais et berges de canal, où les oiseaux sont bien présents. Mais aussi quelques lapins…
Seront parmi les plus remarqués, un Héron cendré, une Oie cygnoïde, divers Canard colvert et des Pies qui apprécient beaucoup les grands peupliers pour y faire leurs nids de branchettes très haut perchés.
De jolis Iris sauvages et beaucoup d’Ombellifères blanches bordent la piste, dont les accotements, par chance, n’avait pas encore été fauchés.

Une bien belle journée de sport modéré, mais sur un mode continu, développant l’endurance et la ténacité, et entretenant la technicité, le tout dans la bienveillance réciproque et avec le sourire ! (Pas toujours dans les situations de grand effort !!! )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *