Agace-make story 416

L'aventure et l'évasion

Agace-make story 416

12 juillet 2021 Randonnée Spéléologie Via ferrata 0

Agace-make story      416

L’histoire n’est pas celle d’une pie bavarde, ni d’une « allumeuse » de nos amis canadiens, mais d’une équipe dont « agace-make » est l’acronyme de la liste des prénoms réunis ! Avec une touche de langue étrangère pour Nanou l’angliciste…!
Pour la moitié de l’équipe, c’est la première vraie sortie SJV, la longue période Covid19 n’ayant autorisé que de petites échappées et des entraînements locaux, ce qui, en région parisienne est assez limité…
On ne disposait que de deux jours et demi, ce qui a contracté un peu notre « programme » initial, mais cela resta encore bien dense.
Voici le récit que nous en fait Mimi…

Mercredi 7 juillet 2021, 17 h devant la porte des sœurs.
Le voyage commence par un petit cadeau de remerciement et le chargement des sacs. J’embarque Guigui et Angel avec moi pour 4h30 de route.

Bien évidemment un départ dans les bouchons parisiens, puis le calme plat sur la route.
Les filles sont discrètes et l’on passe les 3 premières heures dans une écoute attentive de la musique.

Après un arrêt de quelques minutes en sortant de l’autoroute, on remarque avec joie que notre arrivée est prévue pour 21h30 au lieu des 23h prudemment envisagées. Du coup, on appelle les éléments de l’avant-garde Ane, Mart, Eli, Cricri, Kahi et Aur pour savoir s’ils veulent bien nous attendre pour manger.

Encore 1 h de petite route de campagne, faite cette fois-ci en bavardant, nous arrivons presque à destination, au village de Bournois. Et là…. la lecture du plan d’indication nous pose quelques problèmes et nous fait faire quelques détours. Satanée petite route qui nous a échappé, on perd 20 min à tourner autour de l’arrivée.

Nous voila enfin tous réunis, à la nuit tombante, il est 22h, et nous sommes devant notre caverne, autour d’un feu de camp et de petits sièges aménagés pour le pique-nique. Merci à l’avant-garde pour le travail de débroussaillage et de chauffage !

Après un repas bien apprécié, nous embarquons tout le matériel dans la caverne pour installer le campement. A son habitude Cricri le ronfleur s’écarte du groupe et choisit un faux-plat vers l’entrée de la  grotte.

Le groupe de 4, s’installe en diagonale, collées les unes aux autres.

Les Gégé sont dans la pente, et moi j’ai le luxe d’avoir le plat du fond de caverne. Deuxième fois pour ma part, j’étais prête : 2 paires de chaussettes, 2 pantalons, 3 couches en haut et un duvet sarcophage. J’ai super bien dormi !!!

Les filles, elles, ont eu froid, pieds gelés, et bout du nez glacé…(N.D.L.R. …il faudra revoir leur équipement !)

Jeudi 8 juillet.

Après un lever de camp un peu lent pour une habituée SJV, petit déjeuner de champion sur le parking.
Équipement en mode spéléo pour la grotte de la Malatière.
Arrivée devant l’entrée, il est 10h. Nanou ouvre la voie et essaye d’équiper le puits comme elle le peut. Bien sûr Cricri vient l’aider et la guider.

La troupe est nombreuse pour cette expédition, 9 personnes à passer…
Nous avons un peu de temps d’attente, mais franchement, tout le monde se débrouillant bien, cela n’a pas été trop gênant. Et, petit bonus du grand nombre de sacs pour l’équipement : Cricri a pu emmener un projecteur.
La grotte sera donc bien éclairée, et rien que pour nous.  

Les obstacles s’enchaînent sans problèmes, l’émerveillement est toujours présent. Bon…on a tout de même parfois pris de mauvais chemins.

Pause repas dans « la grande salle », l’eau est bien présente dans la grotte, et du coup on pense aller au bout « historique » de la grotte et faire demi-tour.
Après le repas et la pause »vidange », l’équipe repart.

 

Cependant en arrivant devant la première chatière je vois qu’elle n’a quasiment pas d’eau !! Du coup je lance le groupe dans l’écopage pour aller au bout de la grotte. Les filles sont dans le même état que moi la première fois : faut vraiment y aller ???
Pour ma part j’étais beaucoup plus en confiance tout au long de la grotte, surement dû à la 2ème visite, et faut aussi faire bonne impression sur les jeunes !!!
Mais vraiment, passer les chatières en « U », ça valait le coup…à la fois pour l’expérience technique et pour ce qu’il y a à admirer derrière !

Au retour je lance les filles dans la recherche du chemin, et là encore quelques fausses pistes, mais tout le monde était motivé pour sortir de là.
Sortie de l’équipe entière à 18h. Donc 8h sous terre pour la première du groupe des 4, et elles n’ont même pas râlé !!!
On a bien sûr fini quelque peu mouillés et sales, quelques petits bleus sur les genoux et les coudes, mais ravis par cette sortie.

Il ne nous reste plus que la remise au propre. Cricri, prince grand seigneur, nous avait même prévu une bâche pour se changer au propre. Les garçons se sont exclus pour que les dames se changent, mais bon Nanou, trop rapide, était déjà changée, les filles ont préféré aller derrière la camionnette, me voilà seule sur cette belle bâche !

En route pour notre zone dortoir, 45 min de voiture, pour atteindre la Maison forestière repérée sur carte. Encore une fois la fin de route a été difficile, cette fois-ci pour cause de voie fermée pour travaux. Heureusement Google map nous sauvera !
Nous arrivons dans une maison forestière ouverte avec cheminée, et table de pique-nique à l’extérieur. Toute petite veillée « cheminée », le temps pour Aur de demi-natter Kahi.

La nuit est beaucoup plus douce dans la maison, On y dort bien. Bravo à Cricri pour le record d’endormissement le plus rapide !

 

 

 

Vendredi 9 juillet.

Réveil matin 6h50. Campement rangé et tous à table pour le petit déjeuner 7h11. Elles apprennent vite ces petites nouvelles !
On part pour Nans-Sous-Sainte-Anne, 1h de route de campagne, changement d’équipes de voiture, me voilà avec Aur et Kahi. On chante, on discute, on compare nos goûts musicaux.
Encore une fois le trajet et rallongé par une route barrée, mais on arrive sous le soleil !!

 

 

Equipement en mode » via ferrata ». Aur prend même le temps d’essayer de nettoyer son baudrier plein de boue !! Ah ces jeunes….
Cricri organise la cordée (sans corde !), un adulte entre deux jeunes !
Le démarrage du groupe est compliqué car Eli se retrouve en difficulté en grande partie à cause de sa petite taille et parce que le passage a du dévers.

Du coup le groupe se divise avec les Gégé d’un coté, et les autres de l’autre. Et on repart dans la via rouge, on alterne les positions pour que les filles aient toutes les émotions différentes…être en pointe, c’est quand même particulier, et chacun(e) doit pouvoir en vivre l’expérience.

Elles montrent une certaine facilité dans l’activité, on avance à un bon rythme.
La vue sur le village est toujours aussi belle, la chance est avec nous pour la météo.
On finit notre via par une séance photo en bas de la voie nommée « château », que le groupe préférera ne pas faire pour privilégier la tyrolienne et la randonnée de l’après midi. Le timing est serré !!

 

 

Nous voila sur la tyrolienne, Angel aura vécu son premier sauvetage de Cricri car elle se retrouve bloquée au milieu du câble après une mauvaise mise en place du matériel. Merci Cricri !
Descente dans le centre du village pour un avant-dernier repas, au bord de l’eau…la rivière Lison a un gros débit !

On part cette fois ci pour une randonnée aux  sources de le Loue. 40 min de trajet pendant lequel Aur essaiera désespérément de voir les résultats du BAC français, sans y parvenir…Départ de la rando, 3 filles ont disparu, Cricri en ayant marre des pauses nous attendra un peu plus loin…peu amateur des coins commerciaux et autres aménagements urbains !

On arrive sur une magnifique cascade sortant de la montagne, avec puissance et beauté. Et on commence notre sentier forestier, en hauteur de la rivière, quelque peu usé et abimé par les intempéries et les chutes d’arbres…mais jamais dangereux pour autant.
La première partie est en hauteur, et débouche sur la départementale depuis laquelle nous avons un beau panorama.

Après une courte partie en file indienne sur la route, nous retrouvons le sentier qui arrive sur l’entrée d’une grotte « boyau », ancien passage de la rivière. Puis en descendant un peu nous voilà devant la nouvelle sortie de l’eau, une nouvelle cascade tout aussi belle que la première. On verra même des fous s’y baigner…c’est la source du Pontet.

Le retour de balade s’effectue cette fois ci en bas de la vallée, longeant la rivière et la traversant parfois par de petits ponts.
Balade très agréable, avec un nombre incalculable de limaces orange vif (Arion rufus) , de petite cascades traversant le sentier.
La randonnée aura duré de 15h à 18h30, dans la bonne humeur, le papotage sur les possibles orientations professionnelles, sur les séries du Bac….
Et voila l’heure des au-revoirs, après un rangement du coffre, j’embarque les 4 filles dans la voiture pour le retour à la maison.

Petite péripétie de fenêtre conducteur qui ne veut plus se fermer car j’ai un faux contact…
Nous voila à la recherche d’une bonne âme pouvant nous prêter un tournevis pour que je règle le problème. Par chance nous nous arrêterons dans un petit village longeant la nationale, dans lequel le premier monsieur que l’on voit possède un beau garage bien équipé.

 

 

On est O.K. pour le retour, et les résultats des notes de français arrive enfin !! Les filles découvrent une à une leurs résultats ! Ils sont tous très bons, mais, pour certaines,  pas encore assez !! C’est qu’elles visent le top du top les championnes ! -:) !

 

La route se passera dans la bonne humeur, avec papotage, blind-tests musicaux, dernier repas …boîte de ravioli 😊

Retour sans encombre à minuit. Petite sortie de Loki le chien fou de Kina, puis débarquement des sœurs et retour à la maison avec endormissement quasi-immédiat pour ma part…

Merci à tous pour cette sortie SJV réussie, dans la bonne humeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *