Les Hautes-Berges (petite randonnée) 395

L'aventure et l'évasion

Les Hautes-Berges (petite randonnée) 395

7 avril 2021 Randonnée 0

Les Hautes-Berges (petite randonnée)    395

Entre 1800 et 1822 le Canal de l’Ourcq fut réalisé, avec beaucoup d’essais et erreurs, de difficultés de tous ordres, et, dans certaines parties de son cours, il fallut créer de véritables petites vallées là où il n’y en avait pas…pour conserver une légère pente ou, a minima, l’horizontalité !
De ce fait, le creusement du lit et des berges basses (Dont chemin de halage) amena des quantités énormes de déblais, lesquels furent tout simplement  entassés de part et d’autre de ce nouveau lit, créant des talus géants linéaires.

Une petite coupe topographique en dit plus long qu’un grand discours…
Le canal (en rose) a été creusé à une altitude approximative de 53/54 m dans un territoire qui a une altitude moyenne de 61 à 62 m soit une tranchée géante de 8 m de profondeur au plus profond et de 6 m environ pour les basses-berges.
Toute la terre et les roches arrachées ont été redéposés de chaque côté, ce qui donne des hauteurs de 66 à 67 m…c’est sur le sommet aplati de ces dernières que se développe la petite randonnée des Hautes-Berges.

Il s’agit alors d’une grande boucle étroite et étirée du Sud-Ouest au Nord-Est, embrassant le Canal.
Avec les petits virages et pentes diverses, elle totalise 6 km.
95 % de ce parcours se déroulent sur d’agréables sentiers semi-forestiers, peu larges et souvent sinueux.
Ils sont quasi horizontaux entrecoupés seulement de quelques « ravins » aux pentes plus ou moins raides et très courtes.
Leur cheminement est exclusivement tracé dans un bois clair, où trônent çà et là de beaux arbres parmi une multitude d’autres bien plus petits, où beaucoup d’oiseaux sont encore visibles dans une région où ils tendent à se raréfier fortement du fait d’une urbanisation densifiée et bruyante en plus d’être sur-éclairée toutes les nuits de l’année.  des écureuils peuvent aussi être aperçus, plutôt dans la partie « Nord » longée d’une voie ferrée, plus sauvageonne.
Cette même partie « Nord » est aisément praticable en VTT, ce qui est plus difficile dans la partie « Sud ».

Cette dernière présente régulièrement des « aménagements » sauvages effectués par des riverains tremblaysiens, qui se déclinent en salons de jardin, en boulodromes , en potager, en aire de jeux basiques pour enfants, en platebandes fleuries…a priori à usage privé mais situés illégalement sur terrain public de la Ville de Paris…avec sa tolérance silencieuse. De fait ces petites privatisations sommaires ne créent guère de préjudice à qui que ce soit !

Les jonctions entre les deux berges sont réalisées par le Pont piétonnier de Villeparisis vers l’Est et celui de Villepinte vers l’Ouest

A noter qu’en poussant un peu vers l’Ouest on a accès au Parc National Forestier de Sevran où il est bien sûr possible de prolonger…à loisir, mais dans la tranche horaire d’ouverture. Avec 1500 m  X 600 m en rive gauche et 1000 m X 300 m en rive droite, il y a  de quoi faire, de quoi observer, et de quoi s’amuser dans quelques installations ludico-sportives gratuites.

On peut déplorer qu’à quelques endroits (relativement rares) des détritus viennent gâcher l’agrément de la marche, mais diverses fleurs sauvages ou échappées des jardins peuvent compenser…!
Pour de bons marcheurs et marcheuses, la boucle se parcourt en une heure.
Peut être foulé en toutes saisons tous les jours de l’année et à toute heure !!!

Il existe des variantes de cheminement à mi-hauteur (facile) et en basse-berge (pas facile)  sur les talus de rive droite, et bien sûr, une piste cyclable et un chemin de halage en rive gauche. La piste cyclable est interdite aux marcheurs, le chemin de halage interdit aux cycles.
Voici donc un petit parcours intéressant et agréable aux portes de Villeparisis, de Mitry, de Tremblay, de Villepinte…ouvert et offert à toutes et tous, de 4 à 104 ans au minimum !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *