Promenade de printemps 393

L'aventure et l'évasion

Promenade de printemps 393

3 avril 2021 Randonnée 0

Promenade de printemps     393

Toujours très limité dans ses activités par diverses restrictions voire privation de libertés, dont l’utilité est absolument nulle dans notre cas donc  injustement subis, nous essayons de trouver quelques substituts locaux, en jouant sur les variantes, sur les saisons…que 10 km de rayon permettent malgré tout, nous réjouissant de résider en bordure de grande couronne parisienne, et d’avoir encore des espaces de verdure « naturelle » ou agricole pas trop loin…
Ce jour, nous optons pour un « Semi-Katcom » de 8 à  12 km faciles juste histoire de s’immerger un peu en forêt, sur le tronçon au nord de la RN2 qui traverse la forêt de Claye-Souilly puis longe le Ru des Grues avant de rattraper le Canal de l’Ourcq et jonctionner avec la Voie verte Lambert .

Le temps est idéal, ensoleillé, sans vent, les petites feuilles nouvelles pointent leur tendre vert, les fleurettes vernales précoces agrémentent le parcours, entre Violettes, Primevères, Anémones Sylvie, Ficaires, Jonquilles, Muscaris évadés des jardins, et bien sûr, des millions de corolles blanches ou roses d’arbres et arbustes disséminés tout au long du parcours…
Promenade très tranquille, où les marcheurs voire vététistes sont rares, et qui passera par la Passerelle Yves Duteil, une petite création de SJV qui commence à souffrir des atteintes du temps qui passe…ce qui sera l’occasion de décider d’aller la remettre en état très bientôt…une saine activité de confinement !
Le Ru des Grues n’est pas trop effrayant aujourd’hui, en ce que l’eau paraît (on dit bien « paraît ») claire, mais il ne faut pas trop regarder les sédiments du lit ! Plus on va remonter vers l’exutoire de la station d’épuration de Villeparisis/Mitry et plus les dépôts malsains s’épaississent tout en devenant malodorants…on ne peut que regretter l’immobilisme de pouvoirs publics, pourtant maintes fois sollicités voire alertés…
Sortis de ces considérations, les regards peuvent porter un peu plus loin, et le passage dans la zone humide résiduelle et ses Phragmites nous livrera des canards colvert…

Revenus sur le chemin de halage pour deux kilomètres, ces mêmes canards nous accompagnent de temps en temps, relayés par poule d’eau, pies et divers petits passereaux entrant dans la saison des amours.
La dernière ligne droite ou presque nous ramène progressivement dans le tissu urbain…il ne restera plus qu’à retourner chercher le véhicule laissé au départ de Bois-Fleuri…au final une petite boucle de 12 ou 13 kilomètres, pour dire bonjour au printemps, en réponse au sien comme le chantait Michel Fugain (1976) !!!
Dont extrait ci-après, en conclusion de ce mini-article !!!
Lectrices, lecteurs, laissez-vous inspirer…………!

 

Le printemps est arrivé, sors de ta maison
Le printemps est arrivé, la belle saison
L’amour et la joie sont revenus chez toi
Vive la vie et vive le vent
Vivent les filles en tablier blanc
Vive la vie et vive le vent
Et vive le printemps
 
 
 
 
Dépêche-toi, dépêche-toi, ne perds pas de temps
Taille ton arbre et sème ton champ
Gagne ton pain blanc
L’hirondelle et la volette
C’est la forêt qui me l’a dit
L’hirondelle et la volette sont échappés d’leur nid

 
 
 
 
Y a le printemps qui te réveille
T’as le bonjour du printemps
Y a le printemps qui te réveille
T’as le bonjour du printemps
Y a le printemps qui t’ensoleille
Oh le coquin de printemps
Y a le printemps qui t’ensoleille
Oh le coquin de printemps
 
 
 
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *