Petite randonnée Vil-cou-cou 399

L'aventure et l'évasion

Petite randonnée Vil-cou-cou 399

18 avril 2021 Randonnée 3

Petite randonnée Vil-cou-cou          399

Par les temps de restriction des déplacements il est bon de rechercher quelques idées de sorties pédestres dont le parcours soit le plus « nature » possible, et cela sans avoir à déplacer une voiture…presque de chez soi donc !
Basé à Villeparisis, petite ville en bordure de grande couronne avec encore des bois et champs à proximité, le club SJV s’évertue à composer des itinéraires au mieux des espaces disponibles, en tenant compte des diverses contraintes et limites de ses adhérents et adhérentes.

La PR Vil-cou-cou est une promenade de 11 km liant Villeparisis, Coubron et Courtry, d’où son appellation…
On la fait démarrer du carrefour de l’ex-nationale 3 avec la D84, pour passer le Rond-point Lambert, puis sous le pont de la N3 nouvelle, puis sous celui de Placoplâtre…on est au PK 0,6.
Là, on grimpe quelques mètres dans une pente herbeuse raide pour côtoyer la clôture du Centre d’Enfouissement, ceci pour s’éloigner le plus possible de la D84 souvent très bruyante, et pour se promener dans une robineraie agréable, aux arbres couverts de lierre.
On suit cette clôture jusqu’à l’entrée routière, et on poursuit sur un large bas-côté herbeux jusqu’au sommet de la colline c’est le PK 1,5.
De ce point, si le champ n’est pas en culture, on traverse tout droit vers le SSE pour rallier la PRDhuys. PK 1,9
Si le champ est cultivé, il suffit de continuer à longer la D84 pour croiser la PRDhuys à la sortie du grand virage plongeant sur Courtry
On marche ensuite sur la PR Dhuys , tout en balcon, avec de bons points de vue et le plus souvent en terrain forestier,  jusqu’à croiser la Route du Bois de Bernouille, qui descend sur Coubron. PK 4,9.

Traverser cette route et descendre par un large chemin démarrant à gauche, entre prairies fréquemment peuplées de chevaux et poneys et souvent fleuries selon la saison.
On atteint Coubron sur la rue des Grand Champs, bien que l’on puisse tourner peu avant, sur la gauche, par la sente de Derrière les Jardins. 
Facile à repérer car démarre à gauche au pied d’un pylône EDF.
Cette sente étant peu fréquentée, elle est à peine marquée, il suffit de longer la haie épaisse sur sa bordure sud, jusqu’à entrer dans un bosquet où serpente une trace bien marquée…elle débouche rapidement sur une voie viabilisée par un passage pavé de tuiles cassées, il y a souvent des véhicules garés qui donnent la fausse impression d’entrer dans une propriété privée, mais il n’en est rien, cette Sente de Derrière les Jardins est bel et bien ouverte au public sur toute sa longueur.
Elle évite un petit bout de parcours en ville…

Si on est allé jusqu’à la rue des Grands Champs, l’emprunter vers l’Est et la suivre sur 350 m pour remonter la Route du Bois de Bernouille durant 150 m longeant le cimetière. PK 5,8…c’est aussi à ce point du coin du cimetière que se retrouve la Sente de Derrière les Jardins si c’est elle qu’on a prise.(dépend de l’état bourbeux ou non de ladite sente…et du petit pré qu’il faut arpenter à son départ).

On continue alors vers l’Est longeant l’arrière du Cimetière sur la sente qui se prolonge sur 400 m et on tourne à gauche sur un bon chemin longeant un verger (ne pas s’engager sur un chemin balisé de jaune avec petite pancarte « Vers la Dhuys »…sur lequel  on observera au passage l’implantation de deux agrès de travail corporel mis gracieusement à disposition du public).
On suit ce chemin remontant durant 400 m et on le quitte lorsqu’il part soudainement vers la gauche, pour aller complètement à droite…à l’opposé donc.
On se trouve au PK 7,4 dans les Fonds Bertrand.
On marche alors vers le sud-est durant 800 m en délaissant deux bons chemins qui s’élèvent sur la gauche.
On a alors atteint la ruelle Poltron que l’on va suivre vers l’Est sur 200 m puis sur un chemin (souvent masqué par des véhicules stationnés) qui est en prolongement pour retrouver , 300 mètres plus loin un dernier petit bout de rue d’à peine 100 m débouchant sur la grande rue de la Bergerie (D84). PK 8,8.
On est dans un virage, d’où démarre la rue de la Bergerie, tout de suite à gauche, prolongée par un sentier remontant à la PR Dhuys en 300 mètres, vers le Nord.
Parvenu à la PR Dhuys, on repasse par le champ traversé au départ, soit 300 m jusqu’à la route D84 (PK 9,4)  et on refait le chemin inverse de l’aller pour arriver au point de départ au PK 10,9. 

Pour des randonneurs moyens sans charge et sans pauses diverses, compter 2 heures.  Plutôt 3 heures pour les promeneurs observateurs.
Itinéraire tranquille, sans aucune difficulté, ne comportant que de rares passages urbains…seule la partie longeant la D84 est un peu ennuyeuse, soit deux fois 1 km seulement.

Il est possible, bien sûr, de s’exonérer de cette partie « D84 » en parquant un véhicule au sommet de la côte (PK 1,5 ci-dessus).
La promenade passe alors à 8 km au lieu de 11.

Bonne promenade !

 

3 réponses

  1. Philippe LE CLERRE dit :

    Excellent ! Une très belle promenade par des chemins ignorés de la majorité, sans besoin de s’éloigner de chez nous, par les temps qui courent, c’est précieux !

  2. Magalie dit :

    Cela donne très envie d’en profiter et d’en faire profiter les autres!
    Merci pour ce partage !

    • Christian dit :

      Bonjour Magalie,

      C’est une simple promenade, à privilégier quand on n’a que quelques heures et que l’on souhaite éviter de devoir se déplacer en voiture ou en moto pour gagner des sites plus prometteurs.
      Néanmoins, ce parcours donne une impression de « campagne lointaine » en n’étant qu’à 3 ou 4 km de Villeparisis…la Ville de Coubron et son maire médecin attachant une certaines importance à conserver, développer retrouver le caractère villageois et rural…on y trouve vaches, moutons, chèvres, ânes et chevaux dans les herbages, mais aussi des vergers, une vigne modèle, des potagers développés et cultures maraîchères, une apiculture, un ensemble bocager quasi-normand, et quelques « vestiges » terriens tels que petite carrière de gypse à ciel ouvert, ancienne marnière à tuilerie, un site dit « Justice » de l’époque où on la rendait sous des chênes en plein air…etc.
      D’où la démarche d’encouragement à fouler cet itinéraire, en toute simplicité.
      Bonne promenade,
      Christian.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *