Myotis mystacinus ( Murin à moustaches )

L'aventure et l'évasion

Myotis mystacinus ( Murin à moustaches )

4 février 2018 Carrières Gagny Spéléologie Zanimos 4

Un compagnon fidèle : Myotis mystacinus 

Myotis mystacinus…Ce petit Chiroptère compte parmi nos compagnons de rencontre les plus fréquents lors de nos visites.
Pas trop exigeant quant au logement, on peut s’attendre à le rencontrer un peu partout, souterrains, caves, grottes carrières…suspendu, accroché aux parois ou carrément blotti au fond d’une fissure.


Ne pesant que 4 à 8 grammes d’une envergure moyenne de 20 cm, et d’une taille limitée à 5 cm, il est discret, d’autant que son pelage dorsal sombre, son faciès sombre ne contribuent pas à faciliter son repérage. Il n’est que peu grégaire, mais sa longévité estimée à une 20 aine d’années peut étonner. Ses gîtes d’hiver sont distincts de ceux de reproduction et de saison douce durant laquelle on peut le trouver un peu partout, dans les combles, sous de grosses écorces d’arbres morts, et même derrière des volets de fenêtre restant ouverts contre le mur durablement ! En hibernation il n’est pas rare de le trouver couvert de minuscules gouttelettes d’eau lui donnant un aspect argenté ou de broche à vêtement diamantée selon l’éclairage.
C’est un insectivore acharné, appréciant les moustiques, les moucherons et les petits papillons nocturnes.
Espèce totalement protégée comme tous ses cousins Chiroptères en France, ne pas chasser, ne pas déranger, surtout l’hiver, ne pas modifier ses gîtes ni en obstruer ou encombrer les accès, ne pas transporter, ni ramasser mort pour naturalisation.

4 réponses

  1. Pamela A. dit :

    Bonjour,

    Vous avez vraiment observé l’espèce dans les carrières de Gagny ?
    Si oui à quelle(s) date(s) ?

    Pamela A., chargée de mission
    Les Amis Naturalistes des Coteaux d’Avron

    • admin7312 dit :

      Bonjour à l’ANCA, dont nous lisons les articles !

      L’observation de cet individu, logé dans une anfractuosité pariétale à hauteur des yeux, a eu lieu en janvier 2018.
      Aucun autre spécimen n’a été observé ce même jour.
      Compte tenu de la topographie de cette carrière, il semble que l’accès privilégié par de chiroptère puisse être un fontis largement venu à jour au bord du chemin principal allant de la cité Jean Bouin à l’ex-carrière Saint-Pierre de Haute masse.
      Cependant, deux anciens puits à palier, que vous connaissez certainement, pourraient aussi être sa voie, situés à proximité du fontis sus-évoqué.
      Enfin, au plus près de cet individu existe un puits ouvert dont l’entrée est confidentielle mais dont nous ne pensons pas qu’il soit l’accès emprunté car la bouche est encombrée et surtout parce qu’il est « arrosé » par des écoulements de nappes quasi permanents créant une douche et un aérosol envahissant tout l’espace libre de ce puits.
      Une quatrième ouverture existe, dont la conformation n’est pas favorable à la progression des Chiroptères.

      Nous comprenons votre interrogation en ce sens que des visites des 5 carrières de Gagny encore accessibles à notre connaissance, il ressort la quasi-inexistence de Chauves-Souris malgré leurs aspects favorables à des gîtes hivernaux. (?)

      Nous espérons répondre ainsi à votre question.
      Si on peut vous être utiles, n’hésitez pas à dialoguer.

      Cordialement,
      Christian.

    • admin7312 dit :

      Re-Bonjour Pamela

      Le spécimen était en carrière de seconde masse Saint-pierre/Zinetti Ouest,

      Il a été observé et photographié par le groupe CARAC-AC (regroupement informel d’anonymes mutualisant des compétences évoluées dans divers domaines) que je viens de contacter, pour positionnement :

      Coordonnées approximatives : 48°880 / 2°555 ou en Lambert93 : 667365 / 6864530

      Sinon, l’animal n’était pas dans son état physiologique d’hibernation, ayant présenté de petites réactions motrices au seul balayage du faisceau lumineux d’une lampe.

      Bonne journée.
      Christian.

      • Charlotte dit :

        Bonjour Monsieur,

        Je viens de prendre connaissance de cette découverte ! L’association Azimut230 dont je suis présidente, va à partir de cet hiver coordonner le suivi des gîtes d’hibernation des chauves-souris en Ile-de-France.

        Nous effectuons une synthèse annuelle des comptages et découvertes et programmons les comptages hivernaux à venir. Nous essayons de mettre en relation les différents acteurs susceptibles de réaliser des prospections en cavités.

        Etes-vous intéressés pour que nous échangions à ce sujet. Une meilleure connaissance des sites en IDF nous permettra ensuite de mieux évaluer et protéger les populations.

        N’hésitez pas à me contacter à l’adresse azimut230@yahoo.fr pour que nous puissions échanger sur ce sujet !

        Bonne soirée à vous.

        Charlotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *