La lampe de secours 572

L'aventure et l'évasion

La lampe de secours 572

28 juillet 2022 carrières diverses Randonnée Spéléologie Via ferrata 0

La lampe de secours      572

Nous allons aborder ici la question de la lampe de secours en spéléologie ou subterranologie, mais plusieurs données peuvent se rapporter aussi à la randonnée durable (pédestre ou à raquettes), au trekking, au canyonisme, voire au via-ferratisme, au canoë, au kayak de mer…et autres activités susceptibles de connaître la nuit voire l’obscurité totale, de façon prévisible ou imprévue.

Concernant spéléologues et subterranologues, cette lampe de secours est un élément essentiel, dès lors que la pratique est en solo ou duo.
Elle devient un élément potentiellement utile à partir du trio.
En solo, elle est même un élément insuffisant.

Dans ces pratiques engagées, l’éclairage est capital, et hormis de très rares cas où la déambulation sans éclairage reste possible sans risquer d’accident (parcours simple, sans embûches…a priori bien connu…) ne plus avoir  de lumière signifie le blocage, et n’en avoir qu’une très faible peut signifier des chutes ou égarements en perspective.
Pour le solo, la règle protectrice est donc d’avoir DEUX lampes de progression normales, ET une de secours.
La lampe de secours doit être portée SUR SOI, la seconde lampe dans le sac, ce dernier toujours AVEC SOI
Portée sur soi, implique un modèle compact et fiable, qui tient dans la poche de poitrine ou, éventuellement, portée en sautoir.
Le plus souvent il s’agira d’une petite torche à main (Modèle Varta ci-contre à bas prix) ….entre 5 et quelques dizaines d’euros selon l’exigence et les performances évidemment.  Savoir qu’une pile AA pèse environ 30 grammes, masse de la ou des piles à ajouter à celle annoncée par les constructeurs.
Bien évidemment, ces trois lampes doivent être soigneusement préparées avec des piles neuves ou des batteries bien chargées, et vérifiées.

Pour le duo, une lame de progression chacun(e) et une lampe de secours pour deux, portée par l’un ou l’autre. Si l’équipe envisage d’être séparée de temps à autre, il vaut mieux avoir une lampe de secours chacun(e) et portée sur soi bien sûr. Toutes les précautions sus-évoquées sont ici valables.
Exemple d’un modèle particulièrement adapté, fiable et performant, au vu du prix (35 euros) ,  Nitecore MT2A   345 lumen
C’est un exemple…lectrices et lecteurs useront de leur pertinence tout à loisir quant à leur choix… !
Il donne une base de comparaison…

  • LED Premium CREE XP-G2 R5 LED
  • Batterie : 2 piles AA  soit 60 grammes en sus
  • Puissance maximale : 345 lumens
  • Sortie / durée d’exécution :
    • Turbo : 345 lumens / 2h15
    • Haute : 138 lumens / 5h
    • Moyen : 55 lumens / 12 h
    • Faible : 15 lumens / 50h  ce qui est très performant…sans doute un peu optimisé mais même à 40 heures, c’est pas mal !
  • Mode spécial : SOS et Strobe
  • Intensité maximale du faisceau : 5 800 cd
  • Distance du faisceau : 166 mètres    impressionnant, mais certainement moins sur le terrain !
  • Taille : 6,10 pouces (L) x 0,89 pouces (tête D) x 0,85 pouces (tube D) (155 mm x 22,56 mm x 21,5 mm)
  • Poids : 2,36 oz ( 67 g) (sans batterie)  donc environ 130 grammes avec les batteries
  • Étanche : IPX8   Protection contre l’immersion dans l’eau pendant plus de 30 minutes dans au moins 2 mètres d’eau
  • Résistance aux chocs : 1,5 m  hauteur moyenne des yeux d’adulte
  • Matériau : alliage d’aluminium avec anodisation dure de type III

Traits:

  • Carte de courant à haut rendement
  • Autonomie maximale jusqu’à 50 heures
  • Deux modes de commutation rapide répondent aux diverses exigences des utilisateurs.
  • Le mode défini par l’utilisateur permet des niveaux de luminosité personnalisés et une multitude de fonctions
  • Fonctions de mémoire intelligentes
  • Conception anti-roulis
  • Protection contre l’inversion de polarité
  • Verre minéral ultra-clair trempé avec revêtement antireflet
  • Le réflecteur en aluminium assure un faisceau lisse et puissant
  • Alliage d’aluminium de qualité aéro
  • Anodisé dur de qualité militaire HA III
  • Clip anti-roulis bidirectionnel amovible
  • Moletage rhombique spécialement conçu pour une meilleure prise en main
  • Norme IPX-8 étanche (submersible à deux mètres)

Contenu de l’emballage : lampe de poche x 1, clip x 1, cordon x 1, capuchon en caoutchouc de rechange x 1, joint torique de rechange x 1.

Pour les trios et davantage, une lampe de progression par personne et une lampe de secours qui, cette fois peut être transportée dans une boîte ou un bidon dans le sac. Si séparation des équipier ou équipières prévue, lampe de secours à mettre dans la poche de combinaison pour celui ou celle qui s’isole des autres.
Si le nombre d’équipiers et équipières augmente sensiblement, une seconde lampe de secours pourrait s’imposer selon un raisonnement « statistique » !
Là encore s’il doit y avoir un éclatement de l’équipe et que l’éloignement de certains ou certaines doit dépasser la limite du contact vocal, il est prudent de doter ces personnes d’une lampe de secours sur elles.
Concernant les lampes de secours collectives, à colporter dans un bidon de préférence, on a avantage à opter pour une frontale plutôt qu’une torchette de poche, un modèle compact et léger, on en trouve de très correctes  indice pluie IP4, pour casques, pour moins de 100 grammes, avec une autonomie de 4 à 5 heures en éclairage confortable et aux alentours de 20 heures en mode économique…pour une trentaine d’euros.

En dehors de cela, pour les sorties durables, il va de soi que la pauvre petite lampe de secours ne peut être considérée comme lampe de progression qui fera suite à la précédente quand les piles ou batteries flancheront… Des jeux de piles ou batteries bien chargées doivent être prévus, à hauteur d’un jeu par lampe au moins.
Avec les lampes modernes actuelles, sans se ruiner, on peut compter sur des autonomies moyennes de 15 à 20 heures (sauf si éclairage maximal en permanence) en éclairage satisfaisant bien géré, ce qui donne une quarantaine d’heures avec jeu de rechange…
Mais, il faut veiller à la capacité des piles, ou à celle des batteries, ces dernières affichant des valeurs très variables entre 700 et 2600 mAh, pour le format AA, dans le commerce courant (Il existe des monstres plus forts, mais difficiles à se procurer et très cher)
Nous n’hésiterons pas à faire une petite publicité aux meilleures, selon nous :
– Varta 2600
– Duracell 2500
– Amazon vertes Basics 2500 ou Numérics 2600
le plus couramment on ne trouvera que 2300 et même seulement 2100…

Si on opte pour une torchette dans la poche ou en sautoir, il y a intérêt à en choisir une qui fonctionne sur une ou deux piles ou batteries AA car les AAA n’ont que des capacités bien inférieures ce qui est normal !
De plus, n’avoir que des lampes qui fonctionnent toutes avec le même modèle de piles ou batteries est sacrément pratique, aussi bien pour les lampes de progression que pour celles de secours !
Enfin, nous ne saurions trop conseiller d’utiliser des batteries rechargeables plutôt que des piles classiques…énorme économie financière à la clé, et avantage indiscutable quant à l’impact environnemental si on est souvent utilisateur ou utilisatrice.
Sans parler d’une certaine autonomie voire sécurité dans la mesure où est toujours à même de disposer chez soi de l’énergie pour sa lampe de demain…fini le problème de l’oubli d’achat de piles neuves, fini la grande question  de savoir où en sont les piles de la dernière fois…on charge ses batteries à bloc à chaque coup ainsi que le jeu de rechange et toute est clair ! (Et même sera éclairé !!!)
Bon…bien sûr il faut penser à charger…et nous pensons qu’il est une bonne habitude de recharger non pas à la prochaine utilisation, mais dès le retour de l’utilisation présente.
Ensuite, surtout si un grand temps s’écoule entre deux usages, il sera bien de recharger juste avant, mais au moins la recharge initiale aura-t-elle été faite (en général, ça tient assez longtemps, il y a forcément une perte, mais raisonnable si on n’attend pas des mois.

Que les messages principaux ne se perdent  pas suite à des diverses précisions pratiques…
Solo : 2 lampes + 1 secours sur soi + sac avec soi
Duo : 2 lampes (évidemment) + 1 lampe en sac + 1 secours sur l’une ou l’un + rester en contact vocal au moins
Trio : 3 lampes + 1 lampe sac + 1 secours ou plusieurs si séparation prévue, sinon rester en contact vocal
Au-delà : à adapter selon le groupe et son fonctionnement
Piles neuves ou batteries bien chargées
jeu(x) de piles si durée importante au regard des capacités des piles ou batteries
Piles de qualité ou batteries à bonne capacité de préférence.

Et voilà ! Bonnes visites sous terre !

Comme stipulé au début de cet article, en randonnée, en via ferrata, en canoé, en kayak de mer, en canyon…on peut fort bien se retrouver dans la nuit sans l’avoir vraiment prévu…une lampe de secours sérieuse au moins paraît important, c’est même un équipement recommandé en via ferrata, très recommandé en canyon, plus ou moins obligatoire en kayak de mer si on va loin des côtes.
Si un indice IP4 est suffisant le plus souvent, des modèles vraiment étanches s’imposent pour les activité nautiques.

Et voilà ! Bonnes visites sur terre !

En exemple, une des rares lampes frontales fonctionnant avec une seule pile ou batterie de format AA et réunissant les qualités techniques souhaitables et même un peu mieux !

Lampe frontale à LED Unilite Sport H

 

Avoir une lampe frontale qui peut être utilisée dans le travail et le plaisir est simplement le type d’utilité dont la plupart des personnes ont besoin. Le SPORT-H1 fournit seulement cela, avec un boîtier en ABS solide et un indice de protection IPX6 qui est entièrement résistant aux intempéries pour les éléments. Une autonomie de 5,5 heures sur son réglage le plus élevé fournit suffisamment d’autonomie de batterie pour être utilisée sur la plupart des déplacements ou des systèmes d’exercice, ce qui ne fait qu’une seule pile AA. Avec une sortie de 175 lumens, 6 réglages de luminosité, une fonction SOS et l’ajout de 2 LED rouges solides et du mode flash, il est doté de modes d’éclairage pour toutes les situations.

Caractéristiques et avantages

LED CREE blanche de 175 lumens
2 LED rouges de 5 mm
Modes de clignotement de sécurité et d’urgence 2 Hz
5 fonctions de mode principal – HAUT à MED
• BAS pour SOS CLIGNOTANT à ROUGE HAUT
• CLIGNOTANT ROUGE 2 Hz à l’arrêt
Réflecteur profond multifacette
Micro-commutateur par simple pression
Tête pivotante à 45 degrés
Boîtier ABS robuste
Bandeau à doublure en silicone entièrement ajustable
Résistance aux chocs de 1 m

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *