NON au comblement des Carrières de l’Ouest gabiniennes 209

L'aventure et l'évasion

NON au comblement des Carrières de l’Ouest gabiniennes 209

6 mai 2019 carrières diverses Carrières Gagny Communication externe Spéléologie Urbex 0

NON au comblement des Carrières de l’Ouest gabiniennes

NON, c’est ce que le club SJV a dit lorsque l’un de ses membres l’a informé d’un projet complètement démesuré et déjà bien trop avancé concernant les remarquables ex-Carrières de l’Ouest gabiniennes,  sur trois niveaux et dans un espace redevenu semi-sauvage en 60 ans environ.
Nous offrons donc nos pages à ‘expressiion du collectif de citoyens locaux qui s’est rapidement constitué pour s’opposer à cette opération immobilière qui ne répnd pas du tout à l’intérêt général des populations et sacrifie l’environnement déjà mis très à mal dans le 93.

Stop au bétonnage !

nous voulons un éco-parc sur le site des Carrières de l’Ouest !

Nous, collectif de citoyens de Gagny, du Raincy et de Villemomble, sommes opposés au projet de réhabilitation des Carrières de l’Ouest à Gagny, dites Carrières Marto, par la construction d’une zone urbaine comprenant 2000 logements et un supermarché après avoir rasé et défriché les 14ha du site.

Grâce à ce site web, nous souhaitons partager toute la connaissance que nous avons de ce dossier et promouvoir les projets alternatifs dans l’intérêt général des habitants actuels du secteur qui seront directement impactés par les conséquences d’une telle implantation.

En premier lieu, nous nous interrogeons sur les véritables raisons qui sous-tendent le projet. Pourquoi une telle urgence à sécuriser une vingtaine de maisons qui jouxtent les Carrières alors qu’elles sont en place, sans aucun désordre, depuis plus d’un siècle pour certaines ? Pourquoi, la société Marto Finances n’a-t-elle jamais été inquiétée alors qu’elle a fait l’objet de plusieurs arrêtés préfectoraux l’enjoignant de tenir ses engagements de comblement des carrières dans le respect de la convention établie avec l’Inspection Générale des Carrières et sans polluer les sols ? Pourquoi cette même société Marto Finances est-elle autorisée, aujourd’hui, à proposer un projet d’aménagement qui l’exonère de toutes ses responsabilités.

Par ailleurs, nous considérons que la commune de Gagny et l’établissement public territorial Grand Paris Grand Est auraient dû faire preuve d’une toute autre ambition en promouvant des projets de sauvegarde et de maintien de la biodiversité faunistique et floristique en place.

Nous considérons qu’en l’état, le projet proposé par la société d’aménagement SAS Gabinienne d’Aménagement sacrifie l’intérêt général au profit de l’intérêt des promoteurs. A l’heure des politiques de la ville portées sur la réintégration des espaces verts en zone urbaine pour le bien-être de tous, ce projet propose de réitérer les erreurs commises en Seine Saint Denis durant tout le XXemesiècle.  Il faut dire : NON !

Nous, collectif de citoyens affirmons que nous ne laisserons pas faire ce projet d’un autre temps, nous voulons que l’intérêt général soit rétabli et pas manipulé via la Procédure Intégrée au Logement (PIL), nous souhaitons une sauvegarde réelle des espaces verts et une vraie concertation avec des projets alternatifs.

Déchets des Carrières de l’Ouest : comment être sûr de leur innocuité ?

nous demandons la preuve qu’il n’y pas d’amiante !

Dans son avis en date du 28/02/2019, la MRAE émet la réserve suivante sur l’étude d’impact réalisée et présentée par l’aménageur du projet (Gabinienne d’Aménagement) :

La MRAe recommande de justifier l’absence de recherche dans les sols des BTEX (benzène, toluène, éthylbenzène, xylènes), des PCB28 (polychlorobiphényls), des COHV (composés organo-halogénés volatils) et de l’amiante.

Avis MRAE en date du 28/02/2019, page 13 sur 29

Dans son document de réponses, l’aménageur indique :

Comme l’indique la description des investigations complémentaires en cours ci-dessus, les BTEX, les PCB et les COHV seront bien recherchés dans les sols. Concernant l’amiante en revanche, le dernier exploitant dans ses activités de démolition nous a déclaré n’avoir jamais utilisé le site pour l’élimination de déchets amiantés, ceux-ci relevant de filières spécialisées et contrôlées.

Réponses à l’avis de la MRAE, page 24 sur 44

On notera donc que les seules déclarations de la société Marto suffisent à évacuer la question des déchets amiantés pour l’aménageur…NON, cela ne nous suffit pas !
Au titre de la sécurité et de la santé publique pour tous les riverains du projet, on aurait aimé que la réponse soit nettement plus étayée !
Ce sera une de nos demandes à Mr le Sous-Préfet, le 20/05/2019.

Le dossier des Carrières de l’Ouest : une longue histoire qui s’accélère aujourd’hui

ou comment l’incapacité des autorités à se faire respecter conduit à laisser ce Poumon Vert unique en son genre disparaître !

L’association ENDEMA93 publie sur son site un historique détaillé et des documents précieux qui permettent de bien comprendre comment nous en sommes arrivés, aujourd’hui, à devoir nous élever avec force contre le projet insensé de réhabilitation des Carrières de l’Ouest par la SAS Gabinienne d’Aménagement pour lequel chacun des décideurs se décharge de sa responsabilité sur l’autre…Nous disons : NON !
Le Maire de Gagny se décharge sur l’Etat représenté par le Préfet, le Préfet invoque l’inaction des élus et le devoir de sécurisation, l’Etablissement Public Territorial Grand Paris Grand Est laisse le projet se dérouler pour « créer du logement » alors que les objectifs de croissance en la matière sont déjà planifiés et tenus sans devoir aménager les carrières.
Aucun n’a une véritable vision de l’intérêt général des habitants du secteur impacté.
Aucune réflexion n’a véritablement été menée sur les conséquences d’une telle implantation d’un nouveau quartier de 5000 habitants.
On va donc laisser les habitants en place perdre en qualité de vie et on va dégrader leur bien-être mais on créé également toutes les conditions pour que les nouveaux habitants souffrent rapidement de mauvaises conditions de vie dans leur nouvel habitat….NON !

L’inertie, l’attentisme, l’immobilisme et le manque de vision de l’administration ainsi que la négligence, l’incompétence, voire la connivence des élus qu’on peut tout à fait interroger, permettent à des promoteurs, qui savent très bien activer les bons leviers ou les bonnes personnes de l’administration, de sacrifier le dernier Poumon Vert du secteur.

Nous nous associons à l’ENDEMA93, à France Nature Environnement, aux Sentinelles de la Nature pour dénoncer ce projet fou, alerter les citoyens et provoquer une véritable concertation publique d’envergure, en phase avec l’ampleur du projet et la surface de la zone.

Il faut dire NON !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *